Manger moins vite permet de perdre du poids, c’est prouvé

Un geste simple, et pourtant pas si facile pour les gourmands que nous sommes. « Mange moins vite ! », depuis notre enfance, on nous le répète. Mieux pour la digestion, mieux pour notre ligne. Une étude japonaise publiée mardi 13 février, vient confirmer ce que nous pensions déjà, en montrant un lien entre la vitesse à laquelle on avale notre repas et l’évolution du poids.


L’étude japonaise a été menée sur 60 000 personnes diabétiques (de type 2) entre 2008 et 2013 et les résultats sont sans appel. « Des changements dans la vitesse à laquelle nous mangeons peuvent entraîner des changements dans l'obésité, l'IMC [indice de masse corporelle] et le tour de taille », ont résumé les chercheurs de l'Université de Kyushu. « Des interventions visant à réduire la vitesse des repas peuvent être efficaces pour prévenir l'obésité », selon eux.

Ceux déclarant manger "lentement" avaient dès le départ un tour de taille moins élevé en moyenne. A l’inverse, les personnes disant manger à une vitesse normale et vite avaient tendance à être en surpoids avec un IMC plus élevé.

La bonne nouvelle, c’est qu’en suivant trois conseils alimentaires, ces derniers arrivaient à perdre du poids : manger moins vite, ne pas manger après le repas du soir, ni dans les deux heures avant le coucher.

Selon Simon Cork du Collège impérial de Londres : « c'est probablement dû aux signaux lancés par le système digestif qui communiquent au cerveau qu'on est rassasié à temps pour limiter la quantité ingérée ».

On connaît la règle : toujours attendre 20 minutes avant de se resservir, le temps que la sensation de satiété arrive au cerveau. Sauf que parfois, c’est tellement bon qu’il est difficile de s’en empêcher. Alors si vous avez décidé de vous y mettre aussi, voilà cinq astuces pour réussir à manger plus lentement : 

  • Poser sa fourchette entre chaque bouchée 
  • Eviter de manger devant la télé ou autres distractions. C'est quand même plus sympa de discuter, non ? 
  • Mastiquer. 32 fois, d'après Horace Fletcher le grand masticateur du début du XXe siècle. 
  • Piquer les aliments un par un (au lieu de prendre de grosses fourchettes).
  • Opter pour de la vaisselle plus petite : on mange la même quantité, mais on a l'impression qu'on a plus à manger. Effet d'optique.