La Fédération Française de Cardiologie, une asso qui a du cœur

Cette année, la Fédération Française de Cardiologie fête ses 55 ans. Fondée en 1964, elle compte aujourd’hui près de 30 000 bénévoles, chercheurs et médecins, œuvrant chaque jour pour la prévention, l’information, la rééducation des malades et la recherche. Pour l’occasion, nous sommes allés à la rencontre de son nouveau Directeur Général, Thierry Drilhon, qui a partagé avec nous quatre faits que nous ignorions sur les maladies cardio-vasculaires.

Les maladies cardio-vasculaires sont la première cause de mortalité chez la femme Beaucoup d’entre nous ignorent encore la vulnérabilité cardiaque des femmes, mais contrairement aux idées reçues, les maladies cardio-vasculaires ne touchent pas seulement l’homme de 50 à 60 ans, fumeur, sédentaire et en surpoids. En effet, en adoptant le même mode de vie que les hommes (tabac, stress, fatigue, alcool, manque d’exercice physique…), de plus en plus de femmes jeunes sont également concernées.



Les maladies cardio-vasculaires se manifestent différemment selon que l’on soit un homme ou une femme Les crises cardiaques ont triplé ces 15 dernières années chez les femmes de moins de 50 ans. Et la moitié du temps, les symptômes de l’infarctus chez la femme se présentent différemment que pour les hommes : grande fatigue persistante, troubles digestifs, nausées, essoufflement, ou encore, difficultés à respirer.

Avoir un chien diminue de 36 % le risque de maladie cardio-vasculaire Ils bavent, ils massacrent les plantent, ils mangent nos pantoufles, ils perdent leurs poils mais ils peuvent nous sauver la vie ! Eh oui, qui dit chien, dit balade et qui dit balade, dit prétexte pour bouger plus.



La prévention commence dès le plus jeune âge « En 1972, les jeunes de 12 à 15 ans couraient 600 m en 3 minutes. En 2015, ils couraient ces 600 m en 4 minutes. Ça veut dire qu’en l’espace de 50 ans, ils ont perdu 25 % de leur endurance. On a une responsabilité vis-à-vis de nos jeunes générations car même si faire du sport et manger sainement est fondamental, les pathologies cardio-vasculaires sont de plus en plus des maladies de l’environnement. », nous confie Thierry Drilhon.

Et parce qu’il existe un milliard de bonnes raisons de prendre soin de votre petit cœur de bonbon, n’oubliez pas : prenez soin de vous, évitez les excès, bougez, consultez. 

Fédération Française de Cardiologie
www.fedecardio.org

Fin des articles