Shabour mon amour, une expérience culinaire et humaine hors pair

© The Social Food

Une classe (et une claque) gastronomique ! Bien plus qu’un simple restaurant, Shabour, c’est une expérience à la fois culinaire et humaine. Ce nouveau bébé du chef Assaf Granit – déjà à la tête du restaurant Balagan et d'autres tables heureuses à Londres et à Jérusalem qui ne désemplissent pas – est un véritable appel au voyage. Pont imaginaire entre Jérusalem et Paris, on a été conquis par la finesse de cette cuisine israélienne. Venez, on vous fait visiter !


Mardi soir, rue Saint-Sauveur, 19h30, a priori une simple soirée "bonne bouffe" en perspective. Mais on avait sous-estimé ce nouveau temple des saveurs israéliennes mêlées aux influences marocaines et d’Europe de l’Est. Un comptoir de 28 places, pas une de plus, disposé autour des cuisines face aux 3 chefs talentueux et intimidants, Assaf Granit, Uri Navon et Dan Yosha, la même team qu’au Balagan. Quant à Tomer Lanzman à la direction, il est un de ces garçons de passion capables de transformer un restaurant en théâtre de vie.

©JulietteDM

Shabour, qu’on pourrait traduire par "cassé" en hébreux, c’est l’idée de chahuter gentiment les codes, de créer un lien avec les cuisiniers et les serveurs, de manger face à ceux qui nous régalent et à côté de ceux qu’on aime. On se laisse porter par le "Voyage Shabour", une dégustation surprise du menu, composée d’un amuse-bouche, d’une huître au sabayon à la harissa relevée au paprika, de deux entrées individuelles et d’un œuf mollet à l’écume de tahini, jus de câpre et œufs de saumon à partager, de deux plats et deux desserts.

©JulietteDM

Ici, chefs et convives se fréquentent. Pendant que l’un est au fourneau, l’autre nous fait patienter avec la dégustation d’un maftoul au parmesan, citronnelle et bouillon de légumes, le troisième nous fait goûter le vin et le dernier nous raconte l’histoire du plat. Pas le temps de s’ennuyer entre les services, car ici chaque détail compte. La carte imprimée et datée du jour, la petite box en bois pour y poser son portable, la musique classique qui rend l’expérience encore plus mystique, le shot d’ananas aux épices gentiment alcoolisé, la grappe de groseilles entre le plat et le dessert… Des dizaines de petites attentions qui nous chérissent tout au long de la soirée. La vaisselle en argent et les cristaux délicats font écho à cette salle brute de matière où le marbre du comptoir et les pierres apparentes se joignent au granit, l’inox et l’acier, le tout dans une ambiance tamisée éclairée à la bougie.

©The Social Food

Les plats peuvent changer d’un jour à l’autre, mais leur cuisine nomade reste inédite, sincère et gourmande. Nos coups de cœur : en entrée, la tartelette au caviar d’aubergine, œuf de caille et tomates confites. En plat, la noix de Saint-Jacques accompagnée de maftoul citronné à l’encre de seiche et couplé au labné. Et en dessert, l’inimitable et fabuleusement gourmande mousse au chocolat, composée de 70 % de cacao, de fève de tonka, d’un soupçon d’huile d’olive et d’une pincée de fleur de sel. AD-DIC-TION garantie !

©JulietteDM

Le professionnalisme mélangé à l’humour, la tendresse, la générosité et le voyage, c’est ce qui caractérise Shabour. Une cuisine bouleversante face à un spectacle vivant, Shabour mon amour, oui c’est un peu ça !  


Shabour

19, rue Saint-Sauveur – 2e
Ouvert du lundi au samedi de 19h à 23h30

Plus d'infos

Fin des articles