On a testé le nouveau restaurant japonais-brésilien de la capitale

© Uma Nota

On a testé pour vous le nouveau restaurant à la fois brésilien et japonais de la capitale, Uma nota. Quoique restaurant, c’est peu dire... parlons plutôt d’expérience gastronomique et humaine. Pour ceux qui connaissent le Brésil, c’est un voyage direct vers São Paulo qui vous attend. Ce nouveau lieu parisien respire le bonheur et la joie de vivre, dans un cadre coloré rempli de culture.


19 juillet 2018, c'est la date d'ouverture de ce paradis brésilo-japonais à Paris. Après un premier restaurant à Hong Kong ouvert en mars 2017, Alexis, Nicolas et Alexandre, les trois fondateurs, ont décidé de poursuivre l’aventure à Paris. Passionné par le Brésil, Alexis est parti explorer le pays de la samba et plus particulièrement São Paulo, capitale de la street food où se trouve la plus grande communauté de Japonais, immigrés depuis 1907. Cette cuisine a été créée par des spécialités et techniques de cuisson japonaises associées à des produits brésiliens.

© Uma Nota

Uma Nota repose sur trois piliers : une décoration qui transpire la chaleur, une cuisine extrêmement juste, et des prix abordables.

Ce restaurant parisien incarne le Brésil par sa décoration, conçue par le cabinet d’architecte Bouchaud. On retrouve l’esprit citadin à travers les murs faits en béton, le côté artistique de São Paulo grâce aux fresques et street art, l’Amazonie par des zestes de verdure et de bois, et la chaleur des écoles de samba grâce à la musique et à l’aménagement du restaurant. 

© Uma Nota

Concernant la cuisine, elle est d’une richesse incroyable. Colorée, raffinée et tout simplement délicieuse, on apprend à découvrir une nouvelle cuisine aux milles saveurs. On retrouve beaucoup d’épices brésiliennes et d’Amérique du Sud, et un goût tout particulier dans les yakitoris grâce au charbon binchotan japonais. Sous forme de "tapas brésiliens" plus ou moins conséquents, on vous conseille de prendre deux à trois "petits plats" par personne, suivi d’un grand plat à partager.

Parlons peu, parlons bien, parlons alcool. Autant vous dire que les caïpirinhas du barman brésilo-japonais Fernando ne laisseront personne indifférent. Il réussit à trouver le parfait équilibre entre le sucre, l’alcool et le fruit, et on arrive vite à 3 ou 4 caïpirinhas sans s’en rendre compte... ! 

Et les prix dans tout ça ? Ils sont abordables, allant de 6 à 27€ pour les plats, et 8€50 pour les caïpirinhas tout droit venues du Brésil.

© Uma Nota
© Uma Nota

Les fondateurs accordent également une importance toute particulière à leur personnel, qui est d’ailleurs exceptionnellement friendly. Embauchés un mois avant l’ouverture, ils ont été envoyés à Hong Kong pour se perfectionner et se plonger dans cet univers brésilo-japonais. Empathie, bienveillance et générosité sont les maître-mots du personnel et le service est à l’antithèse de l’hautaineté parisienne. Cette boteco moderne est un peu l’équivalent du café du village qu’on a en France et on a la vraie possibilité de vivre plusieurs expériences au sein d’un même restaurant, que ce soit un dîner d’affaires, un repas en amoureux ou entre amis, ou ne serait-ce qu’un simple apéro – caïpi sur les marches du restaurant prévues à cet effet. Big up à Raphael, notre serveur qui nous a fait vivre une expérience à part entière.

© Uma Nota

Vous l’avez compris, on vient à Uma Nota pour l’expérience, la découverte, la gastronomie, le partage, la fête, la culture. Bref, pour tout en fait.

Et breaking news : exclusivement ouvert le soir jusqu’à présent, Uma Nota ouvrira ses portes le midi à partir d’aujourd’hui, de 12h à 14h15. Deux fois plus de raisons de venir tenter l’expérience !

© Uma Nota

Les coups de cœur du Bonbon :

  • La caïpi au wasabi, sirop de wasabi fait maison. Un vrai régal !
  • Les dadinhos de tapioca, des dés frits de tapioca et fromage à la sauce aigre douce, qui croustillent sous la dent.
  • Les pastéis de carne seca, des ravioles frites brésiliennes de bœuf et fromage. Explosion de saveurs en bouche !
  • L’aubergine entière au miso comme plat conséquent, au fromage de chèvre et noix de cajou pour se la jouer veggie. 
  • Le pudim de tapioca, lait de noix de coco et lait concentre. La question ne se pose même pas. 

Cette brasserie moderne de quartier est à tester de toute urgence, si toutefois vous n’en avez pas déjà fait votre nouveau QG. "Uma nota", une note de musique que l’on risque bien d’avoir en tête pour longtemps.


Uma nota
86, rue Réaumur – 2e 

Pas de réservation en dessous de 7 personnes
Au-delà, menu imposé à 35€, composé de 45% des plats qui se trouvent sur la carte et de plats signature

Plus d'infos