Pete the Monkey, notre festival coup de cœur de l'été

© Emilia Da Silva

Cette année encore, la rédac' a écumé tous les festivals de l'été. Parmi eux, un coup de cœur, ce genre d'amour de vacances auquel tu penses encore à la rentrée et qui te plonge dans une émotion intense, mélange subtil de nostalgie et d'euphorie. Pete the Monkey nous a définitivement marqués, et on n'a qu'une envie : y retourner.


Créé en 2011 dans le but de récolter des fonds afin de financer la construction de la plus grande réserve de singes en Bolivie, Pete the Monkey est devenu, en quelques années, l'un des festoches les plus incroyables du pays. La clique nous a offert 3 jours de réjouissances sonores et d'expériences créatives en communion avec la nature. On danse, on chante, on rit, on se sourit, un vrai petit paradis, on vous le dit !

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par M E L I E C H A R L I E (@melie_charlie) le


On a honoré Mère Nature 

Pour célébrer mother nature comme il se doit, quoi de mieux que de festoyer trois jours au milieu des bois ? D'ici, on RESPIRE même l'air marin et ça fait du bien ! Lorsque le soleil se couche, un millier de petites loupiotes s'allume pour éclairer de mille feux notre soirée, bienvenue dans la forêt enchantée.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Adélaïde Monier (@adelaidemonier) le


On a (re)découvert de nouveaux talents 

Côté musique, Pete sélectionne les artistes les plus prometteurs pour un line-up excitant, surprenant et envoûtant. Cette année, on a kiffé danser avec Papooze, passer une soirée en toute intimité avec Le Kabaret de Madame Arthur, se déhancher sur Folamour, s'épuiser avec Kiddy Smile et plâner sur Otzeki. 

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Pelouse Grass Band (@pelousegrassband) le


On s'est senti libre d'être qui on voulait

Déguisé, négligé, à moitié à poil ou tout pailleté, Pete, c'est l'occasion de se lâcher ! On a adoré le stand de tatouages éphémères de Ida Bimbola, les paillettes de Mazette, et les différents stands de fripes où l'on a flâné pour se customiser.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Pete the monkey (@pete_the_monkey) le


On a fait le meilleur karaoké de notre vie

Piscine à boules, malle à déguisement, chansons françaises et cotillons, c'est la recette du karaoké de Pete pour créer émerveillement et sur-excitation.  

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Pete the monkey (@pete_the_monkey) le


On s'est replongé dans les hits des années 90 et 2000

Dans la nuit noire, d'étranges lumières rouges scintillent en silence. On nous tend un casque, le son de Tatoo - "All The Things She Said" - résonne dans nos oreilles, s'ensuit "Confession Nocturne" de Diam's, Linkin Park ou encore Shakira. Impossible de résister, comme la centaine d'autres monkeys qui nous entourent, on se met à danser et à chanter. Nous voilà embarqués, sans arriver à s'arrêter.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Valentine Rocheteau (@valentine_rocheteau) le


On a débattu sur l'écologie... sans s'engueuler !

Eh oui, Pete the Monkey était l'un des festivals les plus verts de l'été. Dépense énergétique mesurée et raisonnée, toilettes sèches, tri des déchets, zéro gaspillage et vaisselle biodégradable, ça méritait bien une petite table ronde autour de l'engagement écologique citoyen.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Pete the monkey (@pete_the_monkey) le


Et... on a troooop bien mangé

Inutile de vous dire qu'en trois jours... on a tout goûté et on a adoré. Pas étonnant lorsqu'on sait que la plupart des food trucks travaillent avec les producteurs normands.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Pete the monkey (@pete_the_monkey) le


Trois jours de partage, de convivialité et d'euphorie, saupoudrés d'une démente énergie. C'est tout ça et encore plus, Pete the Monkey.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Pete the monkey (@pete_the_monkey) le

Fin des articles