Sortez les caipi, le Festival du cinéma brésilien de Paris revient !

undefined 26 mars 2018 undefined 19h07

Victor

Le Festival du cinéma brésilien de Paris revient pour sa vingtième édition du 3 au 10 avril au cinéma l’Arlequin, dans le 6e arrondissement ! Au programme ? De la fiction, bien entendu, mais aussi des documentaires, du cinéma jeune public et, vingtième bougie oblige, une rétrospective des plus grands succès du cinéma brésilien de ces dernières années. Des invités prestigieux, quelques concerts, des débats et une bonne dose d’alegria brasileira ! Mais surtout, cette année, il se déclinera aussi en ligne grâce à Festival Scope : du 3 avril au 2 mai, vous pourrez ainsi profiter depuis chez vous de l’excellente programmation du festival, entre fiction et documentaire, le tout spécialement calibré pour les spécificités du net. Un film avec une caipirinha à la main, c’est toujours mieux, non ?

Du coup, onze films seront disponibles au visionnage pendant un mois entier. Sept oeuvres de fiction sélectionnées parce qu’elles représentent le meilleur du cinéma brésilien actuel et qu’elles font de ce grand pays l’une des figures importantes du 7e art. Peut-être succomberez-vous alors à Bingo (de Daniel Rezende) qui raconte l’histoire d’un présentateur de télé déguisé en clown trempant dans le milieu de la drogue et qui s’en sortira grâce à son fils et à la religion ; ou bien préférerez-vous plutôt Casa grande (de Fellipe Barbosa), un film d’apprentissage sur un adolescent de 17 ans qui découvre toutes les contradictions rongeant la ville dans laquelle il est né.


Bingo, de Daniel Rezende

Pour une note plus musicale, ne ratez pas Elis (d’Hugo Prata) qui porte son regard sur l’une des chanteuses les plus iconiques du Brésil, Elis Regina, et qui peint le portrait de cette femme magnifique au caractère bien trempé. Ou bien, pour les âmes voyageuses, jetez un oeil à Gabriel et la montagne (de Fellipe Barbosa, encore une fois), racontant le parcours initiatique d’un étudiant parti visiter le monde. Ou bien revenez du côté de São Paulo pour Hôtel Cambridge (d’Eliane Caffé), un joli film sur l’histoire de réfugiés qui partagent leur toit avec des sans-abris menacés d’expulsion. Je voyage parce qu’il le faut, je reviens parce que je t’aime (de Marcelo Gomes et Karim Aïnouz) narre la vie d’un géologue envoyé en mission pendant un mois dans le sertao brésilien et qui en tire des enseignements importants sur le sens de la vie et des populations qui résident au Brésil. La dernière fiction présentée, Sérieux, Maman ?! (de Pedro Vasconcelos), raconte avec humour les stratégies d’une fille pour échapper aux griffes de sa mère-poule.

Gabriel et la montagne, de Felipe Barbosa

Concernant les quatre documentaires, attendez-vous à en savoir plus sur le Cinema Novo, la nouvelle vague brésilienne, avec le doc’ du même nom (de Eryk Rocha) ou sur Chico Buarque avec Chico, artiste brésilien (de Miguel Faria Jr.) que le réalisateur a filmé quotidiennement pendant une certaine durée. Dzi Croquettes (de Tatiana Issa et Raphael Alvarez) retrace l’histoire d’une troupe de théâtre révolutionnaire et subversive montée pendant la dictature militaire. Pour finir, Févriers (de Marcio Debellian) rend hommage à Maria Bethânia, chanteuse la plus populaire du pays qui a inspiré l'école de samba de Mangueira pour son défilé du carnaval 2016. Bref, tout un tas de joyaux à découvrir chez soi, confortablement installé ! Filmes bons !

Festival du cinéma brésilien de Paris, du 3 au 10 avril, Cinéma l’Arlequin (6e). Et sa version online à découvrir sur Festival Scope du 3 avril au 2 mai, directement sur internet : www.festivalscope.com