Paris : comment va se dérouler le concert-test à l'AccorHotels Arena en avril ?

  • Sarah Leris
  • Festivals & Concerts
  • Publié le 2 Mars 2021 à 16h39
Indochine

Le premier concert-test parisien verra Indochine se produire à l’AccorHotels Arena en avril. Le but ? Tester le protocole, éviter les clusters, et on l’espère embrayer une reprise des concerts. On vous dévoile le protocole quasiment finalisé.

La virologie Constance Delaugerre a dévoilé les grandes lignes du protocole du concert-test à France Inter : « 5 000 volontaires seront tirés au sort pour aller au concert, 2 500 pour rester chez eux. » Les petits chanceux, munies d’un masque FFP2, assisteront debout au concert d’Indochine, sans distanciation et uniquement dans la fosse (les gradins resteront vides). Le but est de tester les possibles contaminations en situation réelle. « Il faudra être testé négatif dans les 72 heures avant l'évènement, ne pas être vacciné et ne pas être à risque de faire un Covid grave. On se met dans la situation la plus délicate, où une large partie de la population, tous âges confondus, ne serait pas vaccinée dans les prochains mois. »

 
Des résultats dans les deux semaines suivant le concert

« Le jour du concert, tout le monde doit nous renvoyer des kits de prélèvement salivaire pour savoir s'il y a des positifs le jour-même. Puis ensuite, le concert a lieu et 7 jours après, tout le monde renvoie un nouveau test salivaire. C'est sur ce test-là, à 7 jours, que l'on va voir le nombre de positifs dans le "bras domicile" et le nombre de positifs dans le "bras concert". » Près de 15 000  tests seront donc réalisés et les résultats permettront, dans les deux semaines suivant le concert, de comparer le taux d’incidence entre le groupe qui y aura assisté et celui qui sera resté chez lui.

Si le test fonctionne, un protocole sanitaire pourra être généralisé et permettre aux concerts de reprendre en France. Et peu importe s’il faut se prendre 24 cotons-tiges au fond des narines à chaque événement, si c’est tout ce qui nous permet de regoûter au plaisir des live, des pogo et du cœur qui s’emballe quand sonnent les premières notes de nos chansons préférées, on le fera avec plaisir. En attendant, on croise les doigts.

Fin des articles