Une ancienne papeterie de 10 000 m2 reconvertie en galerie d’art contemporain

undefined 19 mars 2018 undefined 17h37

Marie Tomaszewski

Vous êtes-vous déjà aventuré à Boissy-le-Châtel en Seine-et-Marne (77) ? Cette petite ville de 3000 habitants et des brouettes avoisine Paris et vaut le détour ! Vous êtes perplexes devant le nom bucolique du bourg en question (signifiant étymologiquement "ensemble de buis") et vous vous demandez ce que vous pourriez bien faire dans ce no man's land touffu ? La réponse tient en 3 mots : LA GALLERIA CONTINUA.


Fondée par trois Italiens, 
Mario Cristiani, Lorenzo Fiaschi et Maurizio Rigillo, en 2007, cette galerie d’art contemporain d’une surface de 10 000 m2 s’est implantée dans un lieu aux multiples reconversions. D’abord moulin à blé, puis papeterie, puis fabrique de plastique et enfin menuiserie. De quoi filer une claustrophobie aiguë à n’importe quel Parisien et l’envie de s’évader dans ces énormes espaces ouverts !

Le lieu a conservé son aspect d’origine, avec des murs en béton nus, bruts, qui se marient parfaitement aux œuvres contemporaines qu’il renferme. Et parmi les artistes exposés, pas de menu fretin. La galerie accueille des grands noms de l’art contemporain comme Daniel Buren, Ai Weiwei, Anish Kapoor ou Antony Gormley, tout en affichant la volonté d’aider des artistes émergents à percer.


Autour du retour d’un détour, l'expo à découvrir

Actuellement, et jusqu’au 22 avril, allez y découvrir l’expo Autour du retour d’un détour qui met à l’honneur l’œuvre de Daniel Buren, pape du milieu à la reconnaissance internationale. Parmi les pièces présentées, les palissades qui ont délimité les travaux des Deux plateaux (aussi connus sous le nom de "Colonnes de Buren"), recouvertes de graffitis.

D’origine, ils permettent de se rendre compte que cet artiste au succès désormais établi, a dû faire face à de violentes réactions lors de l’installation des fameuses colonnes de marbre rayées noires et blanches dans la cour du Palais Royal. Le projet, impulsé par le président François Mitterrand et son ministre Jack Lang pour redorer la cour d’honneur (faisant alors office de parking, sacrilège !), avait fait polémique à une époque où l’art contemporain n’était pas légitimé.

Ces réactions parfois tordantes sont à retrouver à la Galleria. Parmi nos favorites : « le cimetière du bon goût français », « dans 100 ans on dira que c’est beau », « la véritable œuvre d’art se trouve sur ces panneaux, d’accord ? », « c’est bien mais faudrait voir fini » (certaines colonnes sont volontairement plus courtes que d’autres, ndlr).

La seconde expo Cuba mi amor regroupe différents artistes aux œuvres plus folles les unes que les autres ! On vous donne un aperçu des plus marquantes : le mur en scotch d’Osvaldo Gonzales (Muro/Muro), l’œuvre grandeur nature cette phrase mesure 5 mètres de Yornel Martinez, la vidéo Re-territorialización de Susana Pilar (on ne vous dira pas où cette reterritorialisation a lieu, mais sachez que ça se situe entre le haut de la tête et le dessus des cuisses).

L'expo permanente mérite aussi le coup d'oeil avec la sculpture Silvio de Sislej Xhafa, un buste de Berlusconi de plus de 5 m de haut (oui, c’est flippant !), et L'arbre à palabres de Pascale Marthine Tayou, fait de passoires.

Alors si vous êtes véhiculé, faites vos adieux aux péniches, aux monoprix et aux pigeons le temps d’une après-midi pour visiter l’atypique Galleria Continua. Vous ne serez pas déçu. Et en plus c’est gratuit !


Galleria Continua
46, rue de la Ferté Gaucher - 77169 Boissy-le-Châtel

Tél. : 01 64 20 39 50
Ven-dim 12h-18h