Une immense expo sur Picasso débarque au Musée de l’histoire de l’immigration

Pablo Picasso, Chat saisissant un oiseau, 22 avril 1939. Paris, musée national Picasso – Paris. Photo © RMN-Grand Palais (Musée national Picasso-Paris) / Mathieu Rabeau. © Succession Picasso 2021

Jusqu’au mois de février 2022, le Musée de l’histoire de l’immigration dédie une exposition à un des plus grands artistes de notre temps, avec Picasso l’étranger. À ne pas manquer.

Vous pensiez tout connaître de l’artiste peintre mythique du 20e siècle ? Voilà une exposition qui risque de vous en apprendre encore sur la vie du jeune artiste, des obstacles qu’il a rencontrés en arrivant à Paris en 1900 sans parler un mot de français, de ses premières amitiés, ses premiers succès, jusqu’aux problèmes plus tardifs comme le rejet de sa demande de naturalisation française en 1940. Enfin, saviez-vous qu’aucun musée en France n’a accepté d’exposer l’artiste avant 1947 ?

Prenant appui sur une enquête menée par l’historienne Annie Cohen-Solal, Picasso l’étranger pose un grand nombre de questions sur la situation de l’artiste tantôt adulé, tantôt détesté, et dont les œuvres ont fait couler beaucoup d’encre, entre passions, débats, et polémiques.

Pablo Picasso et Marie Cuttoli, Le Minotaure (tapisserie), 1935. Musée Picasso, Antibes. © Succession Picasso 2021

Il a fallu six ans à Annie Cohen-Solal pour effectuer ses recherches dans des fonds darchives inexploités et découvrir les anomalies, décalages et scandales qui ont attendu Picasso en France, de son arrivée jusqu’en 1945, pays alors encore particulièrement xénophobe. Pendant une quarantaine d’années, l’artiste a été considéré comme un intrus, un anarchiste, un étranger : la police ayant même monté un dossier contre lui à peine un an après son arrivée. En réponse, Picasso s’exile dans le Midi en 1955, préférant le soleil des beaux jours à la haine de l’autre à laquelle il se frottait à Paris.

L’exposition, qui réunit des prêts de nombreux musées français, étrangers et de collections privées, permet de découvrir une face cachée de Picasso et d’établir un nouveau lien entre les archives et les œuvres de lartiste. Et pour les petits curieux désireux d’aller plus loin, l’ouvrage dAnnie Cohen-Solal, Un Étranger nommé Picasso (Fayard, avril 2021), est également disponible.

Zayas Georges de (1898-1967) (attribué à), Portrait de Picasso dans l'atelier de la rue Schoelcher. Paris, vers 1915-1916. Photographie, épreuve gélation-argentique. Paris, Musée national Picasso – Paris. Don succession Picasso, 1992, archives personnelles de Pablo Picasso. © Georges de Zayas. Photo © RMN-Grand Palais (Musée national Picasso-Paris) / Adrien Didierjean. © Succession Picasso 2021

Picasso l’étranger
Musée de l’histoire de l’immigration - Palais de la Porte Dorée
293 Av. Daumesnil — 12e
Du 4 novembre 2021 au 13 février 2022

Fin des articles