Ursula Schulz-Dornburg, une œuvre photographique fascinante et captivante

© Ursula Schulz-Dornburg

Pour cette 4e saison, la Maison Européenne de la Photographie nous présente, en exclusivité, la première rétrospective en France de la photographe allemande Ursula Schulz-Dornburg. Depuis bientôt 50 ans, l’artiste met en lumière les relations indissociables entre les structures industrielles et architecturales, les peuples et l’environnement. L’occasion de découvrir une œuvre engagée et poétique qui interroge et questionne la géopolitique.


Née en 1938 dans le contexte historique de la Seconde Guerre mondiale, Ursula Schulz-Dornburg s’intéresse très vite à la géopolitique et explore la manière dont le temps, le pouvoir, les conflits, le déclin, perturbent et transforment le paysage. Un travail photographique qui parcourt les siècles et l’histoire de l’humanité, en grande résonnance avec l’actualité.

 Ursula Schulz-Dornburg

De l’Irak à la Syrie en passant par la Géorgie et la Mésopotamie, la MEP nous présente 10 séries d’œuvres intégralement scénographiées par l’artiste, illustrant les thèmes prédominants de son travail et mettant en valeur ses grandes caractéristiques. L’on découvre les clichés en noir et blanc en dialogue avec une série d’archives et de documents. Une œuvre à la croisée de la photographie documentaire et de l’art conceptuel.

Parmi les séries que l’on pourra admirer, celle représentant le site archéologique de Palmyre, en Syrie, fait particulièrement écho à l’actualité. Un lieu à l’histoire millénaire ravagé en quelques années par la guerre et dont le portrait photographique devient, par conséquent, un témoignage d’une valeur inestimable. Mais également cette série, réalisée en 2012 au Kazakhstan, qui dépeint un site nucléaire soviétique abandonné et nous interroge sur les conséquences de ce type de construction sur l’environnement et les populations.

Une exposition subtile, sensible et captivante !

Ursula Schulz-Dornburg, Zone Grise/The Land in Between
La Maison Européenne de la Photographie

5/7, rue de Fourcy – 4e
Du 4 décembre au 16 février 2020

Fin des articles