Les 5 must de l’OFFICIELLE, l'autre FIAC

Cette semaine, Paris est prise d’assaut par l’art contemporain. Entre la FIAC, Slick, Art Elysées ou encore la YIA Art Fair, on ne sait plus où donner de la tête. On en a quand même profité pour aller faire un tour à l’OFFICIELLE aux Docks - Cité de la Mode et du Design. Lancée par la FIAC, elle met en lumière des galeries qui portent un regard frais sur la création contemporaine foisonnante. En se baladant entre les stands, on a aimé, on a été surpris et parfois on n’a pas vraiment compris… Voici les cinq points forts de cette manifestation culturelle (en toute subjectivité).

 

Un mini chevalier s’attaquant à une ampoule brisée

C’est un bruit singulier qui nous a interpellé. Une espèce de petit crissement électrique. Et là, on a découvert un duel un peu particulier. Celui d’une statuette d’un chevalier en bronze et d’une ampoule brisée. Entre le filament et la pointe de l’épée, des impulsions de 10 000 volts fusent à quelques secondes d’intervalles provoquant un petit jet de lumière et ce bruit si intriguant. Cette petite œuvre s’appelle "Overpower" et a été réalisée par Michel de Broin. « Repoussant l’obsolescence, les protagonistes mènent un combat entre la foi et la raison », nous explique-t-on. Sans chercher aussi loin, on l'a bien aimé ce petit chevalier.

2013_bf_overpower_06_john-berens

Un immense animal étrange dans le hall d’entrée

Vous ne le remarquerez peut-être pas tout de suite, et pourtant il est grandiose et s’est installé dans le hall de la Cité de la Mode et du Design. Ce "Dragon à deux têtes" est une installation monumentale incarnant un étrange animal semi-aquatique et végétal (enfin c’est ce qu’on nous a dit). Fait de tuyaux et de végétaux, il occupe tout le hall d’entrée et l’atrium sur deux niveaux. À mi-chemin entre art et design végétal, cette sculpture a été réalisée par le designer de mobilier et scénographe Alexis Tricoire. Une œuvre surprenante, mais bon pas forcément subjuguante !

Alexis-Tricoire-Dragon-a-deux-tetes-01

Une œuvre d’art à 5 centimes

On rêve tous d’avoir une œuvre d’art, mais on n’en a malheureusement pas forcément les moyens. Quelle bonne surprise lorsqu’on a aperçu la "Coin Press Machine" de Navid Nuur. Pour seulement 1€ et 5 centimes, on peut activer une machine qui inscrit l’empreinte digitale de l’artiste sur les pièces de 5 centimes. Cet art transforme et remplace les marques traditionnelles de la monnaie par l’impression du pouce de son fabriquant, comme une signature d’authenticité. On a essayé, on s’est amusé et on est reparti avec notre petite pièce/œuvre d’art dans la poche !

 Coin

Des œuvres cool transformées en une aire de jeux

En rez de Seine des Docks, on a d’abord entendu puis vu plein d’enfants en train de jouer. Et les petits loups ne s’amusaient pas avec n’importe quoi ! Le Studio 13/16 du Centre Pompidou, premier espace de programmation exclusivement dédié aux ados dans une grande institution culturelle, s’est installé sur les Docks avec les œuvres de Guillaume Poulain, Pablo Cots ou encore Djeff. Il y a avait une roue de la fortune, un espèce de chamboultou et puis plein d’autres installations rigolotes. Sans oublier une petite cabane où des madames Irma tirent les cartes du tarot. L'occasion d'en savoir plus sur ton avenir si l'envie t'en prend, bien sûr.

IMG_1577

Une chemise géante, des emballages, des boutons cousus sur une toile blanche…

Comme on vous l'a dit, on n’a pas tout compris. Mais pour aimer, il n’y a pas forcément besoin de comprendre. On a beaucoup aimé une chemise géante de la galerie danoise Last Resort. Pourquoi ? on ne sait pas. On a trouvé cool les emballages géants de chewing-gums de Dina Danish présentés par la galerie phare Stigter Van Doesburg (Amsterdam) et aussi les œuvres historiques de l’artiste Hessie, « dont le travail singulier et précurseur, saisissant d’audace, a fait notamment l’objet d’une exposition personnelle au Musée d’Art moderne de la Ville de Paris en 1975 avant de glisser inexplicablement dans l’oubli ». Ses oeuvres sont des toiles avec des boutons ou des fils cousus dessus, ça n'a l'air de rien, mais c'est pas mal ! En tout cas, on en a pris plein la vue, que ce soit avec les œuvres présentées ou avec la faune présente au vernissage. Des gens aux looks parfois improbables, et aux phrases cinglantes : « C'est un peu le retour de la peinture moche » a-t-on entendu. On ne peut pas plaire à tout le monde...

 IMG_1562

 

L'OFFICIELLE Du mercredi 21 au dimanche 25 octobre 2015 de midi à 20h  Nocturne le vendredi 23 octobre jusqu’à 21h Les Docks - Cité de la Mode et du Design 34, quai d’Austerlitz – 13e

Tous les copyrights :  Overpower, Michel de Broin, 2013 Bronze, ampoule, 10 000 volts, bobinage Dimensions variables John Berens Representé(e) par:Eva Meyer © Le Dragon à deux têtes : blog-espritdesign.com © Courtesy Navid Nuur - Martin van Zomeren, Amsterdam

Fin des articles