7 expos à ne pas manquer au mois de juin

  • Zoé
  • Expo
  • 03/06/2019
© Nick&Chloé-1.jpg Nick & Chloé, Slowset, 2018-2019 Installation vidéo interactive, son, 1:30 min. Animations : the ABC – Musique : Sam Tiba Courtesy the artists

C'est le début de l'été, le temps devrait être bon et le ciel teinté de bleu, on voudrait pouvoir se poser dans un parc et écouter gentiment les oiseaux gazouiller mais... non. Le temps est pluvieux et orageux, il ne fait pas beau. Outre le fait que les nuages puissent avoir un certain charme, à la rédac', on trouve que c'est le prétexte idéal pour découvrir quelques bonnes expos ! Suivez le guide.


Hella Jongerius à Lafayette Anticipations 

Le topo 

La designeuse hollandaise Hella Jongerius transformera les espaces d’exposition en une fabrique de tissu géante, interrogeant ainsi les enjeux contemporains de la production et de la consommation de textile. 

Pourquoi c'est cool

À l’ère de la mode éphémère où les vêtements sont devenus des denrées jetables, la designeuse a imaginé un projet nous interrogeant sur notre relation au textile ainsi que sur les conséquences de son industrialisation, de sa mécanisation et de sa mondialisation. L’idée ? Provoquer une prise de conscience et une revalorisation. Une exposition engagée à ne pas manquer !

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Lafayette Anticipations (@lafayetteanticipations) le

Hella Jongerius, une recherche tissée
Lafayette Anticipations
9, rue du Plâtre – 4e
Du 7 juin au 8 septembre 2019


Paris romantique au Petit Palais et au Musée de la vie romantique

Le topo

À travers 600 œuvres – peintures, sculptures, costumes, objets d’art et mobilier –, l'exposition nous révèle le bouillonnement artistique, culturel et politique de Paris à l'époque romantique.

Pourquoi c'est cool

Grâce à sa scénographie immersive, le parcours nous plonge dans l'univers romantique de la capitale à la découverte des quartiers emblématiques de la période : les Tuileries, le Palais-Royal, la cathédrale Notre-Dame de Paris de Victor Hugo, ou les théâtres des Grands Boulevards. Un joli bond dans le temps, pour les fans de Paris, assurément !

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Petit Palais, Paris (@petitpalais_musee) le

Paris romantique 1815 - 1848
Petit Palais
Avenue Winston Churchill – 8e
ET
Musée de la vie romantique
16, rue Chaptal – 9e 
Du 22 mai au 15 septembre 2019


Le photographe Henry Wessel à la Maison Européenne de la Photographie

Le topo

La MEP organise la première grande exposition en France du photographe américain Henry Wessel, amateur de films noirs. Le parcours met en lumière son univers unique et mystérieux à travers trois séries photographiques. IncidentsSunset Park et A Dark Thread ont été imaginées selon un procédé de correspondances visuelles qui était cher à l’artiste. Une exposition en noir et blanc d’un géant de son temps.

Pourquoi c'est cool 

Plongé comme dans un polar, on découvre un "fil noir" liant les photographies les unes aux autres. Les rapprochements formels constituaient d'ailleurs les débuts possibles d’un scenario d’intrigues et l'artiste avait mis au défi des écrivains d’imaginer une nouvelle à partir d’une de ses photographies. Certains de ces textes seront présentés de façon inédite au sein de l’exposition.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par MEP (@mep.paris) le

Henry Wessel, A Dark Thread
La Maison européenne de la photographie 
5-7, rue de Fourcy – 4e
Du 5 juin au 25 août 2019


Futures of love aux Magasins Généraux

Le topo 

Ancrée dans un futur proche, cette deuxième saison culturelle des Magasins généraux anticipera le devenir des relations amoureuses, de la sexualité et de la reproduction à l’ère des nouvelles technologies, de l’avènement de la robotique et de l’intelligence artificielle, des avancées scientifiques, et de l’évolution des pratiques, des mœurs et des idées.

Pourquoi c'est cool

Pensée comme un voyage sensoriel prenant la forme d’un labyrinthe plongé dans l’obscurité, l’exposition rassemblera une quarantaine d’artistes internationaux, reconnus ou émergents. A partir du 21 juin jusqu’au 7 juillet, un festival en plein air dédié à la musique, la danse et la performance viendra amplifier l'exposition avec une sélection d’artistes et de collectifs défendant une conception de la fête libre et inclusive qui ont carte blanche pour s’emparer du thème des futurs de l’amour. The place to be !

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Magasins généraux (@maggeneraux) le

Futures of love - Saison #2
Magasins Généraux
1, rue de l'Ancien-Canal – Pantin
Festival : Du 21 juin au 7 juillet 2019
Exposition : Du 21 juin au 20 octobre 2019
Entrée libre


Bouddha au Musée Guimet

Le topo

Articulée autour d’un vaste et riche travail iconographique, l’exposition nous promène aux quatre coins de l’Asie, où de nombreux artistes ont passé des siècles à retranscrire les épisodes “miraculeux” du Bienheureux. 

Pourquoi c'est cool

C’est une légende que le MNAAG entend nous conter. Celle d’un homme dont les qualités intellectuelles et morales, la recherche spirituelle et la sagesse ont donné naissance au bouddhisme, l’une des religions qui compte aujourd’hui le plus grand nombre de fidèles dans le monde. L'occasion de revenir à ses origines, comprendre son évolution, son développement dans l’ensemble du territoire asiatique, et de mesurer son influence sur les arts d’Asie.

©MNAAG, Paris, Dist. RMN-Grand Palais / Jean-Yves et Nicolas Dubois

Bouddha, la légende dorée
Musée national des arts asiatiques – Guimet
6, place d’Iena – 16e
Du 19 juin au 4 novembre 2019


Le mobilier d'architectes à la Cité de l'architecture et du patrimoine 

Le topo

Avec plus de 300 pièces, 125 architectes et 90 éditeurs, on découvre toutes les facettes du design de ces soixante dernières années à travers le monde.

Pourquoi c'est cool

La cité de l’architecture est un lieu magnifique avec l'une des plus belles bibliothèques d’Europe, des salles de pierre et de hauts plafonds entièrement peints. Au fil de notre déambulation, on peut assister à la rencontre fortuite entre un fauteuil destructuré de Zaha Hadid et des moulages ou des vitraux du Moyen Âge créant un dialogue surprenant entre les époques.

Edouard Albert, fauteuil prototype ©Antoine Kodio

La Cité de l'architecture et du patrimoine
Le mobilier d'architectes, 1960-2020

1, place de Trocadéro et du 11 novembre – 16e
Du 29 mai au 30 septembre 2019


Le photographe Sylvain Gripoix au Carré de Baudouin 

Le topo

Dans les rues de Paris ou de Cuba, dans les salles de concert ou en studio, le travail photographique de Sylvain Gripoix est un art du portrait. Il dessine ainsi, en creux, le visage de notre quotidien et de notre temps pour tenter de montrer l’autre tel qu’il ne se voit jamais lui-même. Cette exposition parcourt quinze ans de photographie, où se côtoient personnalités du monde de la musique et inconnus passants, dans une joyeuse parade photographique.

Pourquoi c'est cool

Des photos de presse aux photos de rue, Sylvain Gripoix réalise des images scénarisées et teintées d’absurde. Tour à tour intrusif, distant, présent ou absent au regard de l’autre, ses images peuvent être lues comme un possible regard sur soi, avec ce qu’il peut contenir d’empathie et de curiosité, de bienveillance et de surprise. Elles sont aussi un questionnement sur la place du photographe, celle qu’il décide d’occuper et celle qu’on lui donne. En plus, l'expo est gratuite ! 

©Sylvain Gripoix

Tout ce qui parade de Sylvain Gripoix 
Pavillon Carré de Baudouin
121, rue de Ménilmontant – 20e
Entrée gratuite
Du 24 mai au 31 août 2019

Fin des articles