En image : la vie des prostituées et trans dans le Pigalle des années 70

  • Zoé
  • Expo
  • 01/02/2019
© Série Pigalle People © Jane Evelyn Atwood

C'est dans les années 70 que la photographe Jane Evelyn Atwood embarque dans la vie des prostituées et trans de Pigalle. Une immersion qui donnera naissance à deux séries de photos brutes et bouleversantes sur ces femmes rejetées et méprisées.


L'artiste américaine arrive à Paris en 1971, un peu perdue. Elle rencontre Blondine, une prostituée de la rue des Lombards avec qui elle se lie d'amitié. Elle achète son premier appareil photo et entre, peu à peu, dans la communauté. Elle photographiera Barbara, Miranda, Ingrid ou encore Nouja, dans la rue, dans les bars et les chambres de passe.

« Sans le savoir, Jane Evelyn Atwood signe alors ses premiers reportages et débute une œuvre magistrale et poignante, guidée par les rencontres et la nécessité de capter la dignité humaine », explique Michaël Houlette, directeur de la Maison Doisneau.

 Série Pigalle People © Jane Evelyn Atwood

« Barbara était grande, blonde et presque toujours bourrée. Elle fréquentait assidûment Chez Sylvain, un minuscule bar. Raymonde et Caline jouaient dans un spectacle de cabaret. Miranda, c’était la beauté fatale, provocante. Nouja, c’était la féministe, l’intello, langue de vipère et humour cinglant. Ingrid était la STAR. »

« La nuit était devenue confortable pour moi et je me sentais décalée pendant le jour. J’étais introvertie et timide à l’époque, mais l’immeuble était devenu mon monde. (...) C'était comme si je me trouvais pour la première fois dans les coulisses, assez près pour toucher la magie », confie la photographe.

L'exposition nous propose de découvrir tout ce petit monde de femmes extraordinaires, à travers la série Rue des Lombards réalisée entre 1976 et 1977 et la série Pigalle People réalisée entre 1978 et 1979. Une belle occasion de développer une autre vision de cette marginalité.


Jane Evelyn Atwood, Histoires de prostitution, Paris 1976 -1979

Maison Doisneau de Gentilly
1, rue de la Division-du-Général-Leclerc – Gentilly
Du 25 janvier au 21 avril 2019