Coluche forever

Trente ans après sa disparition, la Mairie de Paris rend hommage au clown le plus impertinent et le plus inspirant de l'histoire du spectacle français : Coluche. Pour la première fois, une exposition nous dévoile les multiples facettes de cet artiste engagé au grand cœur, à qui rien ne semblait échapper. Rendez-vous dans la salle Saint-Jean de l'Hôtel de Ville à partir du 6 octobre pour découvrir cet emblème de l'humour. A cette occasion, Le Bonbon organise une soirée privée exceptionnelle pour quelques chanceux d'entre vous (voir la fin de l'article). 

Concentrer la vie de Coluche si riche mais si courte en une seule salle n'est pas une mince affaire. Encore moins pour Véronique Colucci, sa veuve, et Fabienne Bilal, amie et commissaire de l'exposition. Pour celui qui était « un boulimique du travail et de la vie, il était compliqué de réaliser une exposition par ordre chronologique, puisqu'il faisait tout en même temps  », nous explique cette dernière.

Prenons alors les deux bouts. Pourquoi ne pas commencer avec ce qui le passionnait le plus ? C'est la moto avec laquelle il battit le record en 1985 (252km/h) qui apparaît en premier. « Sa combinaison de motard, sa passion pour la mécanique… Il aimait apprendre comment tout marchait », raconte Fabienne, « mais c'est aussi ce qui marque la fin de sa vie. » Divisée par thèmes, l'exposition nous présente les différents visages de Coluche : l'artiste avec le "Music Hall", mais aussi la personne.

Sa sensibilité, sa passion pour la vie, son goût du jeu, son instinct d'appartenance au petit peuple, son élégance dont il fit un mode de vie, sa volonté de saisir le mécanisme de tout… Tous ces éléments se révèlent au long de ce parcours comme une évidence. Un volet est également dédié au langage, puisqu'il a « libéré la pensée, inventé un nouveau langage. "Y'a pas le feu au lac", qui disait ça avant lui ? » souligne Fabienne. Sans oublier la politique, son exigence suprême, et un clin d'œil aux Restos du cœur, cette cause qui lui était si chère. Mais que serait une expo sur Coluche sans humour ? Son tutu de l'opéra, sa robe de mariée, ou sa barboteuse… il aimait se travestir, et ça nous fait encore rire. 

A la manière d'une chronologie inversée, le parcours se clôture avec l'enfance, son nounours, ses photos d'enfance. Car après tout, il n'a jamais vraiment grandi : « Moi de toute façon j'ai jamais eu l'intention de devenir un homme. J'ai l'intention fermement de rester un enfant qui se marre. » 

Toujours grossier, jamais vulgaire est la première exposition consacrée à un comique. A l'image du clown, préparez-vous à en voir de toutes les couleurs !   

A l'occasion de cette expo qui nous tient à coeur, Le Bonbon vous propose une soirée privée exceptionnelle réservée à quelques chanceux seulement, jeudi 20 octobre. Au programme de l'évenement : un cocktail dînatoire et une visite privée. Pour tenter votre chance, remplissez le formulaire ci-dessous ! 

Coluche : 10 invitations pour la soirée privée

Coluche, « toujours grossier, jamais vulgaire » 
6 octobre - 7 janvier 2017
10h/18h30 sauf dimanches et jours fériés
Salle Saint Jean
Hôtel de Ville
5, rue de Lobau - 4e

Fin des articles