Les 5 plus belles expositions de février

Hsia-Fei Chang Lin Chi-Ling s, Autograph, 2015 installation, néon Galerie Godin, Paris © Hsia-Fei Chang

Muzing, c'est l'application de rencontre pour ceux qui aiment aller au musée, idéale pour découvrir les expositions du moment... Et peut-être aussi votre âme soeur ! Pour célébrer le mois le plus romantique de l'année, Le Bonbon et Muzing vous emmènent flâner dans les expositions qui vont feront sans aucun doute chavirer votre coeur, mais aussi votre culture.


Le Supermarché des Images, au Jeu de Paume

Le topo

Aujourd’hui, plus de 3 milliards d’images sont partagées chaque jour sur les réseaux sociaux. Dans un monde de plus en plus saturé par les images qui s’accumulent sans laisser aucun espace entre elles, cette exposition nous confronte aux questions que pose cette accumulation visuelle. S’interrogeant sur le stock, la gestion, les échanges ou encore le poids des images, c’est finalement sur l’économie et sur l’iconomie que la lumière est principalement mise. 

Pourquoi c’est cool

Une soixantaine d’œuvres se répartiront ainsi en plusieurs sections (stocks, matières premières, travail, valeurs et échanges) pour porter un regard incisif et vigilant sur les enjeux que recèlent les images. Faisant écho à l’ouvrage du même non, Le Supermarché des Images promet de nous faire explorer les différentes facettes de cet univers en constante mutation, et de faire un arrêt sur image sur les enjeux complexes de celui-ci.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Muzing (@muzingapp) le

Le Supermarché des Images
Jeu de Paume
Place de la Concorde – 8e
Du 11 février au 7 juin 2020
Plus d’infos


La Bête, un conte moderne au BAL

Le topo

Seconde lauréate du Prix LE BAL de la Jeune Création avec l’ADAGP, l’artiste plasticienne d’origine marocaine Yasmina Benabderrahmane nous présente ici une installation inédite, produite après 2 ans de travail, pour nous plonger dans une histoire marocaine aussi sensible qu’esthétique. Une installation vidéo qui met en scène "La Bête", chantier pharaonique du roi du Maroc, et certains proches de l’artiste. Travail cartographique à la fois réel et intime, ces fragments captés entrent en résonance avec une mémoire aussi collective que personnelle.

Pourquoi c’est cool

Déjà exposée dans le cadre d’expositions collectives, son œuvre entre documentaire et journal filmé s’inspire bien souvent de son histoire familiale et de rencontres inattendues, pour nous inviter dans un voyage au cœur du Maroc d’hier et d’aujourd’hui. En effet, après s’être éloignée pendant 14 ans de son pays d’origine, elle y est revenue en 2012 pour traverser les dunes et les plaines qui constituent le paysage marocain, et tenter de l’apprivoiser par l’image. 

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par LE BAL (@le_bal) le

La Bête, un conte moderne de Yasmina Benabderrahmane 
Le Bal

6, impasse de la Défense – 18e
Jusqu’au 12 avril 2020
Plus d’infos


Cœurs, l’exposition sur l’amour au Musée de la vie romantique 

Le topo

Au sein de cet emblématique musée du 9e, une trentaine d’artistes dont Annette Messager, Niki de Saint Phalle ou encore Pierre et Gilles viendront exposer une quarantaine d’œuvres avec un thème commun, le cœur. Expression du sentiment amoureux, organe ou simple symbole, ces œuvres prendront place dans un parcours qui fera ressentir au public les multiples nuances du palpitant.

Pourquoi c’est cool

Parmi les œuvres, des peintures, sculptures, céramiques, créations en néons ou encore photographies s’inscriront dans un parcours formé autour d’un récit sur l’amour et ses grands thèmes (séduction, déclaration, érotisme…) qui se poursuivra dans l’ensemble du musée et du jardin. Ouverte à l’occasion de la Saint-Valentin, une riche programmation culturelle accompagnera cette exposition, avec notamment des animations, des photomatons ou des ateliers qui feront battre le cœur du public. 


Pilar Albarracin, Fandango por venas y arterias, 2017, épreuve chromogène contrecollée sur Dibond. Edition de 3 + 1 E.A. Courtesy Galerie GP & N Vallois, Paris © Pilar Albarracin Studio © Adagp, Paris, 2020

Cœurs, du romantisme dans l’art contemporain
Musée de la vie romantique
16, rue Chaptal – 9e
Du 14 février au 12 juillet 2020

Plus d’infos


Christian Louboutin, au Palais de la Porte Dorée

Le topo

Né non loin du Palais de la Porte Dorée dans le 12e, le lieu a joué un grand rôle dans la réflexion du créateur et c’est ici qu’il a puisé l’inspiration pour ses premières réalisations. Permettant d’immerger le visiteur dans l'esprit de Christian Louboutin, et d'ainsi mieux comprendre comment celui-ci en est venu à réaliser des chaussures comme Maquereau, en cuir métallisé rappelant les écailles des poissons de l’aquarium, le parcours dévoilera pour la première fois certaines créations ou projets inédits élaborés avec des artistes comme David Lynch.

Pourquoi c’est cool

Les visiteurs pourront aussi apprécier certaines collaborations exclusives qui soulignent l’attachement du créateur pour les savoir-faire et les métiers d’art, lors de cette exposition unique. Une occasion unique de découvrir l’imaginaire, les inspirations et les différentes facettes de l’univers de Christian Louboutin. Le parcours emmènera ainsi les visiteurs à la rencontre du jeune Christian, puis dans une salle des trésors regroupant ses créations les plus emblématiques, jusque dans son atelier et même sur les défilés

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Christian Louboutin (@louboutinworld) le

Christian Louboutin L’exibition(niste)
Palais de la Porte Dorée

293, avenue Daumesnil – 12e 
Du 26 février au 28 juillet 
Plus d’infos 


Alaïa et Balenciaga, à la galerie Azzedine Alaïa
 

Le topo

Située au cœur du Marais, l’association Azzedine Alaïa présente ici un face-à-face entre les créations de ce dernier et de Cristobal Balenciaga. Alors qu’en 1968, Balenciaga ne se reconnaît pas dans l’essor du prêt-à-porter naissant, il ferme sa maison. À cette occasion, Azzedine Alaïa est invité à choisir des modèles de tissus du maître espagnol, qu’il conservera par admiration dans du papier de soie. Prenant conscience de l’histoire de la mode et de son importance, il devient alors collectionneur et acquiert de nombreuses créations, donnant à celles de Balenciaga une importance toute particulière. 

Pourquoi c’est cool

Créées avec plusieurs années d’intervalle, les créations d’Alaïa et de Balenciaga témoignent pourtant du même amour pour les coupes épurées, ainsi que pour une même palette chromatique. Une similarité bluffante montrée au travers de 80 modèles issus de la collection personnelle d’Azzedine Alaïa, présentés pour la première fois dans ce face-à-face aux airs de véritable dialogue. 

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Association Azzedine Alaïa (@associationazzedinealaia) le

Azzedine Alaïa collectionneur. Alaïa et Balenciaga, sculpteurs de la forme.
Association Azzedine Alaïa
18, rue de la Verrerie – 4e
Jusqu’au 28 juin 2020

Plus d’infos

Retrouver l'application Muzing ici

Fin des articles