Rencontre avec Clémentine Messié, artisan tapissière du 11e arrondissement

© Lou Anna Ralite

Si certaines formes d’artisanat sont davantage mises en lumière, d’autres sont plus méconnues, à l’image de la tapisserie. Le Bonbon a voulu remédier à cela en rencontrant Clémentine Messié dans son atelier du 11e, entièrement vêtue de noir, accoudée à son établi tapissé au sein de son antre qu’aucun bruit ne traverse.

Dans cet atelier, chaises, canapés et fauteuils attendent que l’on redonne une énième vie. Derrière la machine, une histoire de famille : avec un père menuisier, un fils en études d’ébénisterie, une sœur passionnée de céramique et un frère à l’origine d’une marque de bijoux, Clémentine semblait prédestinée à travailler de ses mains. 

@Lou Anna Ralite

Autour, des meubles aux histoires profondes qui dépassent parfois les nôtres  «  Le monsieur qui m’a confié ces fauteuils habite le quartier, raconte la tapissière. Il a 94 ans. Ses fauteuils appartenaient à ses beaux-parents, il en a ensuite hérité. Ils ont connu la guerre, dans une maison occupée par des allemands qui les ont relégués dans le jardin. Il voudrait les faire refaire aujourd’hui pour la seconde fois. Pour moi, c’est très important de poser ma patte » Si ceux qui franchissent le pas sont pour certaines des personnes issues des métiers d’art, on y croise aussi son voisin, venu réincarner un fauteuil, se procurer une nouvelle paire de rideaux ou de coussins. 

@Lou Anna Ralite

Lorsqu’on lui demande ce qui a changé dans la profession en vingt ans, elle note l’augmentation du nombre de femmes, et la place importante de l’entraide et la reconnaissance : « c’est agréable de savoir qu’il y a des excellents artisans, juste au-dessus de moi, qui reconnaissent l’existence d’une nouvelle génération à qui ils font confiance. » estime Clémentine, attachée à la transmission d’un savoir-faire : excellence et rigueur sont les maîtres-mots de la discipline, avec un respect pour la tradition et les beaux objets. Une quête perpétuelle de la perfection qui instaure une fois de plus l’excellence de l’artisanat français, et parisien.

 

Clémentine Messié
18 Rue Jules Vallès – 11e
Plus d'infos

Fin des articles