Une fille facile, et une critique qui l'est aussi

Ce soir-là, très intrigué par tout le battage fait à Cannes autour du dernier film de Rebecca Zlotowski et de sa tête d'affiche, la sculpturale Zahia Dehar, je quittai le travail un peu plus tôt que d'habitude et m'engouffrai dans le métro, ligne 4, direction Les Halles et leur fameuse rue du cinéma. Que pouvait donc bien valoir cette fille facile ? Il me fallait en avoir le cœur net.


Première surprise : la salle est pleine. Bon, je me dis qu'elle doit probablement l'être de vieux mecs qui, un peu comme moi, alléchés par les images sulfureuses de la bande-annonce, sont venus se rincer l'œil à peu de frais en prétextant un mobile artistique. En réalité non, je me rendrai compte une grosse heure et demie plus tard que l'auditoire était majoritairement féminin. Il faut donc croire à la réelle curiosité du public pour ce film, et pour, en filigrane, la performance de l'ancienne call girl, devenue grâce à une promotion très bien ficelée un objet de fascination pour les deux sexes.

Une fille facile critique

Toutefois, autant vous le dire tout de suite : si vous espériez découvrir en cette dernière une actrice de talent, passez votre chemin. Zahia est aussi comédienne que je suis gastronome (mon restaurant préféré : le grec scandaleux à l'intersection de la rue Condorcet et de la rue Rodier). Son jeu est à peu près inexistant, et l'on comprend très vite la comparaison souvent entendue avec Brigitte Bardot, le mimétisme allant jusqu'à cette façon de parler si particulière, sorte d'intonation volontairement fausse qui parvient à rendre de manière sonore le vide contenu derrière une figure par ailleurs très bien faite. Oui, c'est un peu méchant, que Dieu me pardonne.

Une fille facile critique

Le film, quant à lui, est plutôt réussi. C'est, pour faire court, l'histoire d'une adolescente (formidable Mina Farid !) qui, sous l'influence de sa cousine plus âgée (Zahia, donc), va se retrouver immergée dans un monde qu'elle ne connaît pas, celui du luxe et des adultes, et l'apprivoiser petit à petit. De ce contexte un brin michto, Rebecca Zlotowski tire un conte initiatique moite et solaire, un été en bord de mer pour transformer Zahia la femme-objet en figure tutélaire mue par le seul principe de liberté, et ainsi imposer son idée moderne du féminisme. Et, en toute honnêteté, ça marche à peu près, malgré une naïveté parfois confondante. 

Une fille facile critique


On retiendra d'Une fille facile, avant tout, la naissance d'une jeune actrice, Mina Farid, qui éclabousse le métrage de son talent et de son naturel. On peut aussi parler des belles images marines que nous procure le décor naturel de la région cannoise, et de la sensualité ostentatoire dégagée par Zahia Dehar. Le reste est accessoire.
 

Fin des articles