La sortie de Creed 3 provoque une déferlante de bagarres dans les cinémas

undefined 7 mars 2023 undefined 13h42

Flora Gendrault

Quelle est cette fâcheuse tendance qui pousse certains jeunes gens à se battre dans les cinémas depuis une semaine ? Les exploitants attendaient pourtant avec impatience la sortie du blockbuster Creed 3, spin-off de la saga Rocky, qui ne cesse de mobiliser les spectateur·ice·s depuis son premier opus en 2015. C’était sans compter la multiplication des cas de violence qui éclatent en pleine projection du film. 


La multiplication des altercations 

La saga Rocky conte les exploits du boxeur Rocky Balboa (joué avec panache par Sylvester Stallone), et la saga Creed met en scène son successeur, Adonis Creed, sous les traits du talentueux Michael B. Jordan. Si le cinéma est d’ordinaire un lieu des plus calmes, où notre seule mission en tant que public est d’être attentif au spectacle sous nos yeux, il semblerait que le thème du film provoque des altercations musclées. 

Tout a commencé à la première londonienne du film, lorsque Lawrence Okolie, détenteur du titre mondial WBO de la division cruiserweight, et Richard Riakporhe, ancien champion européen, ont commencé à échanger des coups. 


Depuis, les cas se sont multipliés dans différents cinémas de France : Saint-Étienne, Charleville-Mézières, Ferney-Voltaire, Ivry-sur-Seine, Thionville, Tours, Dreux… provocant toujours l’interruption du film, et parfois même nécessitant l’intervention de la police pour évacuer les salles, comme dans le multiplex Megarama de Saint-Étienne samedi après-midi dernier. 

Laurent Brunet, directeur du cinéma de Dreux, a alors pris une décision radicale : celle de déprogrammer le film. « Nous voulons couper court à ces violences. Le film ne promeut pas la violence. Les premiers films n’avaient pas généré cela », déplore-t-il. Même fermeté au cinéma Voltaire de Ferney-Voltaire, où la tension est montée d’un cran lorsque le personnel et le directeur de l’établissement se sont fait agresser et caillasser. Une plainte a été déposée à la gendarmerie. 


Un phénomène amplifié par les réseaux sociaux 


Ces deux tweets mettent en avant des vidéos de bagarres lors des projections du film Creed 3. Ces images n’ont cessé de circuler sur les réseaux sociaux, et ont pu tendre à amplifier le phénomène. Les internautes s’insurgent sur les incivilités : les cas de violence seraient-ils en hausse ? Interrogé dans Le Figaro, Marc Olivier Sebbag, délégué général de la Fédération Nationale des Cinémas (FNCF), tient à rassurer les plus inquiet·e·s, et à désamorcer certaines remarques ouvertement racistes : « Ce genre d'incivilités a toujours existé, heureusement très rarement. Il est limité à un type de film, d'horreur, d’action... On constate les mêmes débordements dans d'autres pays que la France », explique-t-il. « Il faut se méfier des réseaux sociaux qui amplifient des incidents très très ponctuels. Aucune hausse des incivilités n'est constatée. » 

Toutefois, à l’heure où la fréquentation des cinémas est encore fragile, espérons que ce genre d’incidents finalement isolés n’entachent pas leur réputation.