Le Festival du Cinéma Américain de Deauville, c'est tout bientôt

Minari, de Lee Isaac Chung, qui ouvrira le festival

Comme tous les ans début septembre, Deauville accueille un bout d'Amérique sur ses plages et dans ses hôtels, mais surtout dans ses salles de cinéma. Mais à année spéciale, festival spécial puisque cette édition accueillera également quelques films labellisés Cannes 2020, parmi d'autres surprises. 


Ainsi, hormis la compétition officielle composée comme habituellement de 15 films, de nombreux titres viendront s'ajouter à la sélection qui en comportera 100 en tout, répartis en 13 catégories. Cette année exceptionnellement et comme évoqué plus haut, une dizaine de films qu'on aurait dû voir à Cannes en mai, mais aussi un hommage bien mérité au monstre sacré Kirk Douglas avec une programmation riche de 12 des films auxquels son nom figure au casting viendront compléter la sélection. 

Kirk Douglas et Woody Strode dans le mythique Spartacus de Stanley Kubrick (1960)

N'oublions évidemment pas le classique Prix du Festival de Deauville, remis cette année à Barbet Schroeder pour l'ensemble de son œuvre et qui donnera lieu à une masterclass, ni la programmation des "Premières" avec là aussi une dizaine de films ou encore la sélection des "Docs de l'Oncle Sam" qui verra projetés une série de documentaires.   

Mickey Rourke et Faye Dunaway dans l'inoubliable Barfly de Barbet Schroeder (1987)

Enfin, en cette drôle d'année marquée par la pandémie, Deauville se veut solidaire du monde médical et choisit de lui rendre hommage à travers la présentation de films, français et américains, dont les héros sont issus du personnel soignant.

Voilà en quelques mots la promesse d'un festival aussi passionnant que complet, qui ne se cloisonne pas simplement au cinéma américain mais explore désormais des thématiques communes à toute la planète. L'ouverture sinon rien, dirait-on… 


46e Festival du Cinéma Américain
Du 4 au 13 septembre
Deauville
Programmation complète

Fin des articles