Éric Judor aux commandes d'une nouvelle série d'animation inspirée des Lapins Crétins

undefined 24 janvier 2024 undefined 12h56

Valentine D

2024 s'annonce comme une année prometteuse du côté des séries. La preuve avec la dernière annonce d'Éric Judor. L'acteur connu pour ses rôles dans H ou La Tour Montparnasse infernale a décidé de se faire un petit kiff en collaborant avec Bap­tiste Nicolaï et Hafid Benamar, co-créateur de Platane, pour écrire Starpets, une comédie animée déjantée qui revisite l’univers des Lapins Crétins, version adulte. Moins de 18 ans s'abstenir, ça va être bien trash ! 


Délire intergalactique et second degré

La série raconte l’histoire, un peu délirante, d’un empereur intergalactique nommé John LeDouche, complètement barré, qui s'inquiète car son règne est compromis par un "élu" haut en couleur sur le point de mourir, mais sauvé in extremis par la transplantation de son cerveau dans le corps d’un lapin crétin. Vous vous en doutez, l'opération ne se passe pas comme prévu et l'élu ne se retrouve finalement qu'avec 25% de son cerveau d'origine. L'avenir de l'univers repose donc sur une version de Ken en mode lapin crétin 2.0 avec seulement un quart de cerveau fonctionnel... Ça promet.

Au vu de la bande-annonce tout juste sortie ce mercredi 24 janvier, le ton absurde et les dialogues crus vont en surprendre plus d’un puisque la série ressemble vaguement à un bon trip sous acides. Une comédie délirante réalisée par Stéphane Berla (Jack et la mécanique du cœur) qui sera disponible sur la plateforme Prime Video et qu'on a hâte de découvrir. Quant à la date de sortie, c’est encore un mystère.


C'est quoi le stop motion ?

Starpets fait appel à ce qu'on appelle la technique du stop motion qui est, pour faire simple, la même que celle du dessin animé, mais avec des objets. En gros, une scène constituée d'objets est filmée à l'aide d'une caméra dédiée à l'animation, c'est-à-dire pouvant enregistrer une seule photographie à la fois sur une pellicule cinématographique ou sur un support numérique. Toutes ces images mises bout à bout forment une animation pas-à-pas, aussi appelée stop motion. Ce mode d'enregistrement permet de capter le spectateur dans l'univers de la série, un peu comme du visionnage immersif.