Hommage d'Angèle, discours d'Edouard Baer... : 5 points à retenir sur l'ouverture de Cannes

Ces derniers temps, vous retrouvez avec bonheur les véritables lueurs du printemps. Il fait beau, et vous êtes si fière de pouvoir ressortir votre veste en jean. Sauf qu’ailleurs en France, certaines personnes de la haute, elles, enfilent robes Givenchy et paires de Louboutin.

Hier, pendant que vous commandiez un Deliveroo depuis votre lit, certains - et pas les moins connus - festoyaient dans les méandres de la Côte d’Azur. Oui, la ritournelle annuelle reprend du service. Si vous étiez passé à côté des premières heures de cet événement, on vous tient au jus. Car, il s’est déjà passé pas mal de choses. On vous le prouve en 5 points.


La montée des marches

On ne va pas se mentir, c’est quand même vachement stylé de monter les marches sous une pluie de photographes dans une robe ou un costume de créateur conçu pour nos beaux yeux. Mais en vrai de vrai… C’est quand même une demi-journée de préparation pour moins de dix minutes au sommet. Alors, pour vous consoler, vous pourrez vous dire qu’au moins, vous aurez maté votre épisode de Game of Thrones hebdomadaire à la place, et matché avec des conquêtes pas dégueues du tout sur Tinder. Et ça, c’est encore mieux. Je crois.

En attendant, on vous laisse un aperçu de la montée des marches avec du beau monde. À cette occasion, on a pu retrouver les personnalités qui seront mis en vedette au cours des prochains jours avec les films en compétition, les membres du jury mais aussi le casting du film d’ouverture réalisé par Jim Jarmusch.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par SENSTYLABLE (@senstylable) le

Voir cette publication sur Instagram

#Cannes2019, jour 1 : les plus belles photos du tapis rouge ???? (???? @maximebrunophotographe)

Une publication partagée par CANAL+ (@canalplus) le


Le discours d’Edouard Baer

Tout comme Antoine de Caunes avec les César, Edouard Baer peut être compté parmi les maîtres de cérémonie bien rôdés sur lesquels on peut compter pour des événements qui nécessitent désespérément du rythme et de la vie. Du coup, on est rassuré quand il tient un discours à la hauteur en y incluant un hommage à Agnès Varda. C’est d’ailleurs sur un extrait de Varda par Agnès que la cérémonie débute sous les meilleurs hospices.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par CANAL+ (@canalplus) le

Bien sûr, il est question de 7ème art, donc le bonhomme n’oublie pas de faire la lumière sur la magie du cinoche : « Le cinéma, c’est la salle de cinéma », d’après lui, le kif c’est « d'être ensemble plutôt que regarder Netflix tout seul ». Euh.. Par contre, on ne touche pas au Netflix and chill, Baer. Les deux sont fun, et on t’aime bien, donc pas d’attaques, ok ?


La performance d’Angèle

Angèle elle est un peu partout : en salle de concert, dans les haut-parleurs du supermarché, à la radio, à la télé, sur YouTube, sous ton lit… Bref. Angèle fait partie de nos vies qu’on le veuille ou non, mais c’est pas grave parce qu’elle est franchement sympatoche comme meuf.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par jack (@jackcanalplus) le

Alors quand elle s’empare de la scène pour l'ouverture du festival, on se rappelle qu’elle est véritablement omniprésente, puis… On se dit tant mieux ! Surtout quand elle délivre une performance quali en reprenant Sans toi du grand Michel Legrand sous fond d’hommage à Varda (bande-originale de Cléo 5 à 7 pour rappel).


La présidence assurée par Alejandro González Iñárritu

Chaque année, le président du jury cannois choisi envoie du lourd. Forcément, après Cate Blanchett, c’est à nouveau un géant du cinéma qui reprend le flambeau : Alejandro González Iñárritu (Babel, The Revenant, Birdman). Naturellement, une rétrospective a été de mise au cours de la cérémonie : parce qu'il le vaut bien.


L’ouverture du bal par Jim Jarmusch

Si Selena Gomez, Bill Murray, Tilda Swinton ou encore Chloë Sevigny étaient de la partie au cours de la montée des marches, c’est bien parce que cette petite troupe de qualité est au casting de The Dead Don’t Die. Dans la tradition des films d’ouverture, le long-métrage signé Jim Jarmusch (Only Lovers Left Alive, Paterson) est sorti en salles aujourd’hui même. Alors Cannes ou pas Cannes, vous pourrez y jeter un coup d’œil (ou plus) en salle.

5-points-retenir-ouverture-cannes

Fin des articles