Comment ne plus jamais payer son alcool dans une boite de la nuit ?

Damn, j'ai regardé mon compte en banque ce matin... pire que la misère ce truc. Un délire avec un moins et plein de zéros derrière. Ça m'a foutu grave les jetons, encore pire que Busy P qui fait un discours à l'Élysée après son set de « musique électronique qui rentre enfin dans la plus haute institution de l'État, un moment important pour la France ». Comme si on avait besoin de ça ; Laurent Garnier a déjà chopé sa Légion d'Honneur, c'était suffisant. 


Mes pauvres p'tites économies, maigrement entretenues depuis le début de mon contrat au Bonbon, avaient fondu comme une neige de désespoir, d'ivresse et de faux-semblants au soleil de la nuit. J'avais pourtant flairé le mauvais coup hier soir lorsque ma CB a été refusée au grec (j'avais pris un supplément fromage, certes) et que le Lydia que j'ai voulu faire à mon pote Youri n'est pas passé, m'obligeant à ne plus répondre à ses textos insistants et à le supprimer de mes quelques amis Facebook – dont la moitié n'est là que pour me demander des listes pour des soirées auxquelles je n'irai jamais. 



Il y avait pauvreté sous roche et aucune indication pour m'aiguiller vers la richesse. La faute à cette foutue soirée où j'ai décidé de m'offrir un verre en boite – un gin to si je me souviens bien – qui était franchement bien dégueulasse – ça y est la mémoire me revient. En sortant de cet enfer et après étude comparative de mon compte en banque et de ceux de mes proches (ceux qui viennent aux soirées parce que je les ai listés, y'a quand même une justice), j'ai décidé d'agir pour que cette ignoble expérience ne se reproduise plus jamais. Bouffer des coquillettes à l'huile d'olive pendant une semaine, c'est genre vraiment pas cool. Du coup, une question fondamentale pour vous lecteur/trices : comment boire à l'œil en boite ? Rencontre avec la filouterie, les poches vides mais l'envie pressante. 


Solution 1 : Glisser un flash d'alcool fort dans son caleçon de mec branché




Attention, ça gratte un petit peu et si par malheur vous aviez une croûte sur le pubis et que le bouchon était mal fermé, ça risquerait de vous faire un tout petit peu mal. Alternative : glisser un flash d'alcool fort dans sa culotte de blogueuse mode. 


Solution 2. Subtiliser le verre de la petite meuf qui danse et qui crie fort

N'ayez pas peur de culpabiliser après acte, la petite meuf qui danse et qui crie fort est très chiante et ne mérite pas un verre de plus, elle est déjà beaucoup plus bourrée que Depardieu au pays de la vodka. Alternative : voler le verre du mec de la petite meuf qui danse et qui crie fort et qui regrette d'avoir pécho cette petite meuf qui danse et qui crie fort un soir d'été en Provence, quand le rosé lui montait à la tête. 


Solution 3. Voler les disques du Dj et espérer qu'ils valent très cher



Eh oui, parce que si vous avez des potes Dj's, vous savez que ces idiots ne parlent que de musique, et si en plus ils ne mixent que des vinyles, vous savez aussi qu'ils adorent dire qu'ils ont acheté un disque qui maintenant vaut « au moins 100€ sur Discogs » (le grand marché du disque d'occasion sur Internet où les gens perdent leur argent pour du plastique qui pollue la planète, ndlr). Alternative : passer pour un con et se rendre compte que le Dj ne mixe que sur clé USB. 


Solution 4. Entrer dans le backstage en se faisant passer pour Busy P

Ces endroits-là, en plus d'être des repères à nigauds, sont généralement remplis d'alcool. Mais pour y pénétrer, il faut devenir quelqu'un que vous n'êtes pas. Pourquoi, alors, ne pas tenter la transformation en Busy P ? Pour lui ressembler, c'est très simple : adhérez à la République en Marche, lisez cette interview de lui sur le Bonbon Nuit, prenez une serpillère, faites-en une perruque, et le tour est joué ! Bonus : dites que vous êtes sur la liste de Pedro Winter pour rentrer gratos.


Solution 5. Passer derrière le bar, encaisser l'argent des clients, le garder pour soi et boire beaucoup de shots très vite



Ce n'est pas donné à tout le monde de passer derrière le bar, et ceux qui n'en ont jamais fait l'expérience ne savent pas que servir une bière pression ne s'improvise pas et que généralement, la première ressemble étrangement à une fusion entre la coupe de cheveux de Jack Lang et la marée qui monte et qui ramène avec elle plein d'algues, de vase et de mousse bizarre. Alors plutôt que de servir des bières pour faire genre, servez plutôt des shots. Ça, tout le monde sait faire. Alternative : passer derrière le bar, ne pas encaisser l'argent des clients mais voler trois bouteilles de rhum, pousser le barman, courir vite, éviter le videur, mettre un coup d'épaule au physio et sortir de la boite de la nuit. 


Solution 6. Arrêter l'alcool parce que ça fait mal au crâne le lendemain et se mettre à la drogue

Vous me direz que ça fait aussi mal au crâne le lendemain, mais ce n'est qu'une sensation qui disparaîtra simplement en avalant un autre cacheton au réveil. Même si l'alcool est la seule drogue qui ne déçoit presque jamais (sauf si vous êtes ce type de la solution 2), prendre de la drogue ne vous conduira jamais à devoir « payer un verre » à votre pote à qui vous deviez de l'argent (voir introduction de l'article), car on ne paye jamais un para, un ecsta ou une trace à son pote ou son copain/sa copine. C'est comme payer un grec supplément oignon à son rendez-vous Tinder, ça ne se fait jamais au premier rendez-vous. Alternative : regarder la télé avec son beau-père plutôt que de sortir en boite de la nuit avec ses copains. 

Fin des articles

Paramètres des cookies