Ememem, l'irrésistible street-artist qui colore les trottoirs de Lyon

© Ememem

Lors d’une balade dans les rues de Lyon, vous avez forcément déjà marché sur un bout de trottoir décoré de carreaux ultra-colorés. Des oeuvres urbains top-canons que l’on doit à un street-artist anonyme : Ememem. Un anonymat que nos confrères de Rue 89 Lyon ont eu la chance de percer.


A Lyon, le street-art est (vraiment) partout ! Sur les murs évidemment mais aussi sur les panneaux de signalisation, les lampadaires, les murs (par ici)…et même sur les trottoirs ! Aux quatre coins de la ville, vous avez forcément croisé l’un de ces morceaux de bitume lambda changés en carreaux aussi colorés que canons.

ememem-lyon-street-art-artiste-streetart-carrelage-rues-trottoir

Ces oeuvres piétonnes, on les doit à un street-artist bienfaisant : Ememem. Entre le rappeur Eminem et les cacahuètes M&M’s, il prend un malin plaisir à réparer les trous béants des trottoirs pour les changer en art urbain. Une manière de panser les blessures pour les rendre belles à laquelle il a donné un nom : le flacking.

A post shared by Ememem (@ememem.flacking) on

Ememem, le Bansky lyonnais

Derrière son pseudonyme se cache beaucoup de mystère : à la manière d’un Banksy, Ememem la joue confidentielle et préfère garder l’anonymat pour le moment. Fort heureusement pour nous, l’artiste a tout de même accepté de se prêter au jeu de l’interview (par mail) avec nos comparses de Rue 89 Lyon.

ememem-lyon-street-art-artiste-streetart-carrelage-rues-trottoir

Des échanges électroniques avec lesquels on apprend notamment qu’Ememem prône la récup’ pour ses oeuvres. « J’essaye de récupérer tout ce que je peux. J’aime vraiment l’idée de pouvoir faire renaitre les choses, les réinventer. On jette tellement tout tout le temps… Question matériel, je pense que n’importe quoi peut se prêter au flacking, avec la bonne technique. »

ememem-lyon-street-art-artiste-streetart-carrelage-rues-trottoir

Globe-trotter, travail de nuit et câlins urbains

S’il admet que Lyon est son terrain de jeu favori (« C’est là que j’ai mon atelier et j’adore cette ville, toutes les ambiances, les reliefs, et le goudron sur les trottoirs ! »), Ememem a pris l’habitude d’officier dans de nombreuses villes comme Paris, Madrid, Turin, Gênes et bien d’autres. « En fait, je flacke partout dès que j’en ai l’occasion. C’est obsessionnel. Toujours relou pour ceux qui m’accompagnent ! »

ememem-lyon-street-art-artiste-streetart-carrelage-rues-trottoir

Son dada : oeuvrer la nuit. Pourquoi ? Pour ne pas être vu, bien sûr, mais aussi et surtout pour toutes les couleurs et l’ambiance qu’elle propose. Et quand il est pris en flag’, ce sont des mots doux qu’Ememem reçoit. « J’ai surtout droit à des câlins ou à des mots gentils, même de la police ! Si si ! Récemment, des képis m’ont même levé le pouce. »

Notre conseil ultime : poster des photos de ses oeuvres sur votre compte Instagram (buzz assuré !)

Son Facebook // Son Instagram