Se rendormir après le réveil ne serait pas si mauvais, selon cette étude

undefined 26 octobre 2023 undefined 14h06

Auriane Camus

Que celui ou celle qui n’a jamais repoussé son réveil nous jette la première pierre. Le matin, nombreuses sont les personnes qui grattent quelques minutes de sommeil en plus. Et alors qu’on pensait cette habitude mauvaise, des scientifiques nous prouvent le contraire. D’après une étude parue dans le Journal of Sleep Research le 18 octobre 2023, se rendormir après le réveil n’affecterait pas la qualité du sommeil et serait même bénéfique pour notre cerveau.


Pas de perte de sommeil constatée 

Il existe deux teams. Celle des personnes qui se lèvent dès que l’alarme retentit et celle des personnes qui remettent le réveil pour pouvoir dormir quelques minutes de plus. Et si on a tendance à croire que les premières ont raison, des chercheur·ses de l’université de Stockholm nous prouvent le contraire. D’après eux, cela n’affecterait pas la qualité de notre sommeil. Pour arriver à cette conclusion, ils ont mené deux études conjointes.

La première a soumis 1732 volontaires à un questionnaire portant sur leurs habitudes de réveil et de sommeil. Sur ce panel, 69% ont avoué être adeptes de la somnolence matinale, et ce plusieurs fois par semaine. Interrogée par NBC News, Tina Sundelin, chercheuse spécialiste du sommeil et auteure principale de l’étude, affirme que « de façon générale les jeunes et les oiseaux de nuit étaient les utilisateur·ices du snooze ». 

Pour la seconde étude, les scientifiques ont demandé à 30 de ces personnes de venir passer deux nuits en laboratoire. Après la première nuit, les volontaires ont dû se lever juste après le premier réveil. Après la seconde, ils ont eu le droit de faire répéter leur alarme trois fois et de se lever au bout de trente minutes. « Ce qui est intéressant est que ceux qui ont utilisé le snooze ont dormi seulement six minutes de moins que les autres en moyenne », indique Tina Sundelin. En résumé, des phases d'éveil et d'endormissement répétées n'empêchent pas d'obtenir un vrai sommeil réparateur, comparé à celleux qui feraient leur nuit d'une traite et se réveilleraient le matin du premier coup. D’ailleurs, Marie-Pierre Saint-Onge, directrice du Center of Excellence for Sleep and Circadian Research confirme qu’utiliser cette option permet de découper le processus de réveil, de démarrer la matinée plus en douceur et donc de se sentir moins fatigué.


De meilleures performances cognitives 

Une fois leurs deux nuits en laboratoire terminées, les volontaires à l’étude ont été soumis·es à des tests cognitifs comprenant des exercices de mathématiques et des questions censées faire travailler leur mémoire. D’après l’experte, aucune différence n’aurait été observée entre les résultats des dormeurs et des autres. « Ils ont même obtenu de meilleures performances dans certains tests », a-t-elle ajouté.

En plus de ne pas dégrader la qualité de notre sommeil, appuyer sur snooze permettrait également à notre cerveau d’être plus alerte le matin et notamment dans les quarante premières minutes suivant le réveil. « Cela pourrait même aider les personnes souffrant de somnolence matinale à être légèrement plus éveillées lorsqu’elles se lèvent », conclut Tina Sundelin. Néanmoins, les scientifiques s’accordent à dire qu’il vaut mieux veiller à ne pas dépasser les trente minutes de sommeil supplémentaires. 

via GIPHY