La Fête Saint-Michel finalement maintenue à Toulouse

Fête Foraine St-Michel de Toulouse (page Facebook officielle)

Le coronavirus n'est visiblement pas super fan des fêtes foraines.

S'il aime boire un coup dans les bars après 22h, s'incruster en soirée ou en festival, traîner dans les supermarchés ou encore boire de l'alcool à emporter après 20h, le coronavirus n'est visiblement pas un grand amoureux des fêtes foraines.

Car si tout ou presque est annulé ces derniers temps en raison de cette épidémie dont les règles ne cessent de changer, ce n'est pas le cas de la Fête Saint-Michel même si c'est bien ce qui a été prévu à un moment donné.

En effet, la Mairie de Toulouse a prévenu (seulement) jeudi dernier qu'il fallait tout arrêter à partir du dimanche soir (dimanche dernier donc). Comme toutes les personnes bossant dans l'évènementiel, la culture ou dans un bar (pour les restaurants le problème est plus léger à Toulouse bien que préoccupant pour la suite), les forains se sont insurgés d'une telle décision et ont décidé de gueuler un bon coup.

Et la logique dans tout ça ?

On connaît la démarche, elle est légitime. Cependant, en dirigeant leurs revendications vers la Préfecture ils ont fini par obtenir gain de cause après une rencontre avec le service de l'état vendredi dernier. Une victoire donc. Une victoire qu'on ne souhaite en aucun cas leur enlever mais qui laisse un goût amer car elle ne fait que prouver et accentuer les injustices et incompréhensions actuelles en ce qui concerne des fermetures et maintiens paraissant de plus en plus arbitraires et illogiques. 

La fête est donc maintenue, sur la parking du Zénith de Toulouse, jusqu'au 11 octobre (sauf hausse énorme des cas de covid) et la jauge maximale est à 1000 personnes.

Petit rappel du texte de loi qui laisse à penser que toutes les personnes présentes à la Fête de St-Michel passeront tout leur temps en position assise...

"Sont interdits les rassemblements à caractère festif et familial réunissant plus de 30 personnes, organisés dans les établissements recevant du public (salles polyvalentes ou salles des fêtes par exemple). Les rassemblements festifs peuvent se comprendre notamment comme les évènements avec restauration/boissons susceptibles de se transformer en soirée dansante ou de conduire à un non-respect des protocoles sanitaires. A ce titre, les fêtes de famille, fêtes entre amis, fêtes locales, fêtes d'anniversaire, mariages, communions, tombolas, soirées étudiantes ne peuvent se tenir à plus de 30 personnes dans un ERP. Les autres types de rassemblements, comme les évènements
associatifs ou professionnels, les rassemblements à caractère culturel ou artistique (concert, représentations théâtrales...) restent possibles à une jauge supérieure, dans la limite de 1000 personnes, sous réserve du respect strict du protocole sanitaire (places assises exclusivement, un siège libre entre chaque personne ou groupes maximum de 10 personnes, port du masque, interdiction des regroupements...)."

Fin des articles