Selon une étude très sérieuse, sentir l'odeur d'un pet pourrait guérir des maladies graves

undefined 19 février 2019 undefined 15h00

La Rédac'

Sans le savoir, des centaines de milliers de plaisantins ont peut-être, par amour de la bonne blague, participé à la sauvegarde de l’humanité.

Qu'y a-t-il de si magique dans un prout 

Un prout c’est quoi ? C’est de l’air, lâché à toute vitesse, qui bénéficie en cadeau d’une odeur malveillante, causée par le sulfure d’hydrogène. C’est comme un gros gun qui pue, mais sans balle. Les pets inodores ne sont donc d’aucune utilité pour la médecine mondiale, si ce n’est peut-être son petit bruit rigolo. Mais revenons à nos moutons.

Le professeur Matt Whiteman nous renseigne d’avantage : « Lorsque les cellules deviennent stressées par la maladie, elles activent des enzymes afin de produire d’infimes quantités de sulfure d’hydrogène. Cela permet de maintenir l’activité des mitochondries (l’organite à l’intérieur d’une cellule) qui permettent aux cellules de vivre en contrôlant l’inflammation ».

Une étude explique même que le gaz explusé pendant une faltulence pourrait servir de base à l'élaboration de futurs traitements. Non ce n'est pas une blague et pour cause, cette étude à été publiée dans la revue Medicinal Chemistry Communications, donc pas vraiment funny. Le prout pourrait réduire le risque de développer certaines maladies graves telles que le cancer, les accidents vasculaires cérébraux ou les crises cardiaques. Le sulfure d’hydrogène présent dans vos gaz est utilisé par l’organisme pour protéger les mitochondries présentes dans chaque cellule.

En gros, une cellule cancéreuse peut être maintenue en bonne santé si on fait des loufs dessus toute la journée. On imagine l’évolution du métier d’infirmière. Fini d'ouvrir les fenêtre d'un air gêné quand on fait un vieux pet qui pue, courrez au village d'à côté porter la bonne nouvelle : oyez oyez, n'ayez plus honte de vos problèmes gastriques, soyez-en fier et surtout n'oubliez pas d'en faire profiter tout le monde.