Typologie des meilleures (et des pires) excuses pour mettre des faux plans à ses potes

© Ben Stiller

On vous prévient tout de suite, ce qui va suivre n'est pas beau à voir : on a la flemme, on veut rester avec notre mec/meuf, on n'a pas envie de les voir, il nous reste encore tout le Netflix à explorer... Ca, ce sont les vraies excuses pour ne pas voir nos potes. Malheureusement, le monde du politiquement correct dans lequel nous vivons nous oblige régulièrement à user de stratagèmes perfides faire preuve de tact pour rester bien peinards sous la couette. Voici un petit florilège d'excuses.

Celles qui fonctionnent (à priori)

La plus surbookée

“Je suis désolée j’ai trop de travail” 

"Désolée j'étais sous l'eau... Je n'avais pas vu ton message..."

"J'ai ma petite cousine, le frère du père de ma soeur cette semaine..."

"J'ai un dossier hyper fat de dernière minute qui vient de tomber"

Crédibilité : 10/10. En général, on ne vient pas vous remettre en question lorsque vous faites celui/celle qui est super embêtée.

La plus teufeuse

“J’ai pris trop cher hier, je ne peux plus bouger là”

Crédibilité : 7/10 (Attention, non valide pour un arrêt maladie).

La plus combo 

"Je suis fatigué et je commence à tomber malade, mais on se fait un truc la semaine prochaine ?"

Crédibilité : 5 pour la fatigue, 7 pour la maladie - 13/10. Une valeur sûre. Mention spéciale pour la proposition d'un créneau supplémentaire. 

La plus d'anthologie

"J'ai la migraine"

Crédibilité : 6/10. On a enlevé des points pour l'originalité.

La plus désorganisée 

"J'avais zappé, j'avais un dîner/anniversaire/pacs/mariagesurprise/grand-parent/crémaillère prévu depuis hyper longtemps mais qui m'était com-plè-te-ment sorti de la tête !"

Crédibilité : 8/10. On est déjà fatigués rien que de vous lire. 

Celle qui marche une, deux, mais pas trois fois

"Désolée je pensais que c'était demain je me suis trompé de soir !"

Crédibilité : 6/10. Elle commence à être connue, celle-ci.

"Mon grand père est mort"

Crédibilité : 10/10. Quand même. 

La plus dissuasive

"Je suis en début de maladie et complétement contagieux, mais jpeux faire l’effort de venir !"

Crédibilité : 10/10. Votre bonne volonté vous érige au rang d'exemple à suivre. Mais restez chez vous, au cas où.

Celles qui (à priori) ne fonctionnent pas

La plus à l'ouest

“Hein on avait RDV au parc de Belleville ? Oh non je suis aux Buttes Chaumont moi.... bon ben tant pis"

Crédibilité : 2/10. On aimerait pas vous compter dans l'équipe.

La plus sympa

"Bah... on est déjà sorti ensemble hier. Quoi ? C'était pas toi ?!"

Crédibilité : 1/10. Au mieux, vous étiez ivre, au pire, vous prenez votre pote pour un débile. 

Les plus incohérentes

Les phrases "Je me suis perdu dans un vortex", comme "Je peux pas, j'ai quidditch" semblent avoir pour seule conséquence la perte de pote immédiate (selon une étude).

Crédibilité : 0/10. Non. 

La plus sans espoir

“Je fais une sieste je t’écris après”

 “Je me suis endormie dans mon bain”

Crédibilité : 7/10. On a presque pitié. Presque.

La plus sans respect pour le "bros before hoes"

"J'ai un date"

Crédibilité : 6/10. Bof.

La plus maniaque

"J'ai pas d'aspi chez moi, ma mère ramène le sien et on fait une soirée ménage"

Crédibilité : 10/10. Mais bon, vous perdrez des potes.

La plus prévoyante

"J'ai peur de tomber malade avant vendredi si je sors ce soir"

Crédibilité : 8/10. On l'a déjà tous pensé.

N'hésitez pas à m'envoyer vos perles à manon.m@lebonbon.fr

Fin des articles