La technique pour avoir un orgasme uniquement par la pensée

  • Sarah Leris
  • Société
  • Publié le 27 Juillet 2021 à 16h23
© Daria Litvinova

Dans le New Jersey, des chercheurs ont réalisé une étude sur des femmes capables de se donner un orgasme sans se toucher. Car les cascades d’hormones qui mènent à l’orgasme peuvent être aussi diffusées grâce à la pensée. Plus besoin de stimulation tactile pour jouir : le cerveau peut s’en charger lui aussi.

Suffirait-il de le vouloir pour jouir ? C’est le premier pas, mais il faut aussi beaucoup de travail et d’entrainement. Si l’orgasme n’est pas évident à atteindre avec une stimulation tactile, il l’est encore moins par la pensée : « Certaines femmes ont dit qu'elles avaient des pensées érotiques, tandis que d'autres ont dit qu'elles pensaient à leurs amants leur murmurant des mots doux à l’oreille. Une femme a dit qu'elle avait l'image d'une promenade le long du rivage de l'océan par une chaude après-midi d'été ; et l'une des femmes, qui pratiquait le yoga, a déclaré qu'elle imaginait les chakras se déplacer de haut en bas de sa colonne vertébrale. »

La méditation pour mieux contrôler son système nerveux

L’orgasme peut donc s’atteindre avec de fortes envies, une grande ouverture d’esprit et des souvenirs précis d’émotions culminantes. La méditation, de la même manière, peut apprendre à contrôler son corps de manière plus consciente ainsi que son système nerveux, indispensable pour atteindre l’orgasme. Atteindre cette hyperconscience de ses processus internes n'est pas facile mais faisable, et demande une grande pratique de la méditation, qui aide à augmenter la synchronicité entre les organes génitaux et l'excitation mentale et fait travailler l’esprit. De la même manière, la méditation est souvent utilisée pour aider à surmonter la dysfonction sexuelle et représente une voie vers un meilleur contrôle orgasmique. Une commande cérébrale peut déclencher la jouissance : le cerveau peut donc être érogène.

Et chaque partie du cerveau a son rôle à jouer : l’insula contribue à l’envie de caresses ; le cortex singulaire antérieur se rappelle des souvenirs du plaisir ; l’hypothalamus libère les hormones de l’érection et l’enképhaline, la morphine du bien-être… C’est la communication entre toutes les zones qui permet à l’orgasme de se déclencher physiquement.

Un orgasme prouvé par la science

Pour vérifier la véracité des orgasmes par la pensée, les chercheurs de l'Université Rutgers ont fait une étude sur 10 femmes concernées et ont analysé leur fréquence cardiaque, leur tension artérielle, le diamètre de leurs pupilles et leur seuil de douleur. Ils ont ensuite réalisé la même expérience sur 10 femmes pendant un rapport sexuel, et les résultats ne présentaient aucune différence.

Le contrôle de l'orgasme concerne l'activité cérébrale, et des recherches récentes ont montré que des parties du cortex frontal, de l'hippocampe et du cervelet s’activent toutes pendant l’orgasme. En parallèle, des recherches ont prouvé que « les mêmes parties du cerveau s'illuminent lorsque les gens pensent à toucher leurs organes génitaux que lorsqu'ils se touchent eux-mêmes ».

Fin des articles