Sniffer du cacao, la nouvelle drogue du moment

Les vertus du chocolat sont connues et avérées. Il nous réconforte, nous aide à être un peu moins tristounets et à lutter contre le stress, entre autres. Mais le manger, simplement, pourrait presque paraître has been ; désormais la mode, c'est de le sniffer. On se fait une petite trace ?


« Saviez-vous que la drogue la plus réclamée, la plus consommée de nos jours, ce n'est pas la cocaïne, ni le cannabis, ni même le tabac ou les alcools. C'est le chocolat », peut-on lire dans Comment se soigner avec le chocolat, un livre du professeur Henri Joyeux et du chocolatier Jean-Claude Berton.

Et comme pour certaines autres drogues, la tendance est de le sniffer. C’est en 2008 que le chocolatier belge Dominique Persoone crée, pour l’anniversaire d’un des membres des Rolling Stones, le chocolate shooter, une version modernisée d’une machine à priser de 1900 qui permet de « catapulter quelques mg d’un mix cacao-aromates directement dans nos fosses nasales ».

Le fait de sniffer le chocolat ferait perdurer l’arôme du chocolat plus longtemps dans notre cerveau, et nous apporterait une sensation de bien-être d’une dizaine de minutes, selon le chocolatier.

Depuis, le shoot de chocolat et son effet stimulant ont fait leur petit bout de chemin. Du Canada à Amsterdam en passant par Berlin, un certain public semble se prendre au jeu. Depuis 2015, la Canadienne Mary Jean Dunsdon propose dans sa confiserie Commercial Drive Licorice Parlour à Vancouver des shoots individuels pour la modique somme de 2 dollars. « Les gens aiment cette façon nouvelle de consommer le chocolat, certains disent même que l'inhalation permet de dégager leur sinus », déclare-t-elle

Surtout, c’est désormais la nouvelle lubie dans les soirées électro à Berlin. Un dimanche par mois, les Berlinois vont se défouler à la Lucid, une rave où l’alcool et la drogue ont été remplacés par des smoothies, de la cuisine ayurvédique, et surtout des "Cacao Rituals".

cacao-drogue-soirée

Sniffer le cacao n’est en principe pas dangereux, mais peut quand même mener à un risque de pneumonie qui pourrait être provoqué par les effets irritants de la poudre, avait déclaré le docteur Glatter sur FoxNews.com.

Qu’on le sniffe ou qu’on le mange, le chocolat c’est notre nouveau dada.


© cover : Dominique Persoone

Fin des articles