On a visité la première Maison du Zéro Déchet du monde... à Montmartre

© Stefano Borghi

Le 1er juillet, la première Maison du Zéro Déchet en France, et même au monde, ouvrira ses portes au pied de la Butte Montmartre. Un concept unique qui a pour vocation de nous initier au concept du zéro déchet, et de contenter ses aficionados. Mais que peut-on bien y trouver ? Curieux, nous sommes allés y faire un tour, voici un aperçu en avant-première.


C’est une maison hors normes qui vient de s’installer à deux pas de Barbès. A l’abri du tumulte du boulevard Rochechouart, dans un ancien magasin de tissus situé derrière la halle Saint-Pierre, se trouve désormais la Maison du Zéro Déchet. Lancée par l'ONG de protection de l’environnement Zero Waste France, ce lieu a pour but de faciliter la rencontre de tous les acteurs ayant partie prenante dans le zéro déchet. L’idée, comme me l'explique Pauline la coordinatrice du lieu, a émergé dans le prolongement du festival Zero Waste en 2016 où les citoyens, les collectivités et les entreprises engagés dans le zéro déchet avaient pu se rencontrer et trouver de potentielles solutions. 

 boutique-zéro-déchet©Stefano Borghi

L'espace baigné de lumière se décline en trois pôles. Dès l’entrée se déploie l’espace boutique où l’on retrouve « les indispensables du mode de vie zéro déchet », m'explique Pauline. Des bentos aux bocaux pour stocker les aliments en passant par les pailles en Inox ou les gourdes munies de charbon (qui agit comme un filtre naturel), il y a tout pour s’embarquer dans le zéro déchet au niveau de l’alimentation.


Des ateliers et plus de 200 produits proposés 

Se trouve également un « espace consigne » où seront proposés tout un tas de produits alimentaires vendus en emballages consignés, avec du Club Maté, des bocaux repas, les confitures "re-belles"… Place ensuite aux produits cosmétiques - serviettes hygiéniques, dentifrices, savons, brosses à dents compostables, cotons démaquillants lavables… Les 200 produits proposés ne nous laissent plus aucune excuse pour ne pas adopter ce mode de vie. 

Il s'agit certes encore d'un marché de niche, mais il n'empêche : de plus en plus d’entrepreneurs se tournent vers le zéro déchet, c’est une chose qui se démocratise de plus en plus. « Nous on perçoit le zéro déchet comme une thématique de plus en plus mainstream », me confie Pauline. « Il y a trois ans, le zéro déchet ça ne parlait à personne à part à ceux qui s'étaient lancés, aujourd’hui ça parle à n’importe qui ». 

bocaux-zéro-déchet©Edouard Marchal

Une librairie dédiée au mode de vie zéro déchet a aussi trouvé sa place au sein de l'espace boutique. Une bibliothèque où l'on trouve des livres aux titres évocateurs : Anti-gaspi dans la cuisine, Faire la fête sans gaspiller, Les ateliers de récup’, mais aussi des livres qui parlent d’autres thématiques qui se raccrochent à cette idée : L’âge des low tech par exemple qui détermine comment nous pouvons amorcer une révolution écologique en proposant un autre modèle, raconte Pauline. 

Le second pôle est dédié aux ateliers. Des traditionnels DIY Cosmétiques pour apprendre à faire son shampoing aux ateliers couture pour créer son sac à vrac ou à pain, mais aussi des ateliers récup’ pour réparer ses meubles, ses objets, ou encore des ateliers cuisine zéro déchet pour parents-enfants. La Maison s’adresse certes aux citoyens pour la vie de tous les jours, mais a également vocation à élargir le débat. Au cours de conférences, on pourra suivre les politiques des collectivités ou bien débattre suite aux projections de films et de reportages. Quant aux "balades urbaines", elles nous feront découvrir les initiatives zéro déchet qui pousse un peu partout dans la capitale. 


Vous pensez que le zéro déchet est impossible ?

Tout le but de cette maison est de nous aider dans cette quête. « C’est peut-être un terme qui au premier abord fait un peu peur car il peut apparaître comme étant totalitaire, mais on dit souvent que c’est une démarche, l’idée n’est pas d’atteindre cet objectif-là d’un coup, c’est un objectif vers lequel on veut aller, c’est une philosophie de vie », rassure Pauline. « On accueille autant les gens qui sont à 0% que ceux qui sont à 80% du zéro déchet », enchaine Julie, responsable de la programmation.  

« Car vous ne le savez peut-être pas mais le zéro déchet touche tout le monde », lance Pauline. « Sans utiliser forcément le terme, vous faites déjà des choses qui rentrent dans cette démarche. »

zéro-expo©Stefano Borghi

Quant à ceux qui pensent que le zéro déchet ne concerne que les cosmétiques ou le foyer, la Maison a aussi pour vocation d'aborder d'autres thématiques en invitant les entrepreneurs zéro déchet à participer à des after-works networking et en organisant des expositions

En ce moment l’expo #365, Unpacked, met en scène le fruit d'une collecte de quatre ans, pendant lesquels le photographe Antoine Repessé n'a plus jeté aucun de ses déchets recyclables. 70 m3 d'emballages ont été collectés afin de constituer la matière première du projet qui vient envahir le quotidien des protagonistes de cette série photographique.

Saviez-vous qu'en France, nous jetons en moyenne 500 kg de déchets ménagers par personne ? Ils disparaissent rapidement de notre vue grâce aux camions-bennes, mais d'un coup d’œil, l’exposition nous rappelle que ce modèle du “tout-jetable” n'est pas sans conséquence. 

Vous l’aurez compris, que vous y pointiez le bout de votre nez une fois, ou que vous en deveniez un adepte, La Maison du Zéro Déchet est un concept unique qui présage de belles choses pour l’avenir.


La Maison du Zéro Déchet

3, rue Charles Nodier - 18e
Inauguration le 1er juillet