Les expressions de vieux qui mériteraient d'être remises au goût du jour

  • La Rédac'
  • Société
  • Publié le 17 Décembre 2020 à 18h05
Alain Chabat dans Réalité (Quentin Dupieux, 2014)

Salut les djeun's, ça boome ? Aujourd'hui on s'est mis en tête de rafraîchir un peu les expressions de nos ainés, dont certaines valent le détour. 


"C'est bath" 

"C'est iiiiin, c'est bath ! C'est okay ! C'est okay !" Vous l'avez ? En d'autres termes, c'est cool quoi. Pour celleux qui auraient besoin d'un rafraîchissement de mémoire, c'est par ici


"Nom d'une pipe" 

Aucune mention d'acte bucco-sexuel ici, l'expression nous renvoie au XVIIIe siècle lorsqu'au théâtre, la comédie empiétait un peu sur les frontières de la politesse. Résultat, après plusieurs plaintes suite aux jurons religieux de type "Nom de Dieu", il a fallu être inventifs : dites bonjour à "saperlipopette" ou encore "nom de nom". 


"À toute berzingue"

Vous vous engagez sur l'A86 pleine balle au volant du Multipla. Et là, ni une ni deux, PAF le flash du radar. Sur le procès verbal "la Fiat Multipla immatriculée AB-123-CD a été flashée à 250 km/h, filant à toute berzingue bien au-delà de la limite fixée à 120 km/h". Cas d'école. 


"V'la t'y pas" 

Cette version raccourcie du "ne voilà-t-il pas" peut être interprétée de deux façons depuis sa première occurrence retracée en 1784 : pour dire "ne me dites pas que..." ou, plus commun, "contre toute attente", comme dans "v'là t'y pas que nos musées resteront encore fermés en décembre". Par exemple. 


"On va pas chercher midi à quatorze heures"

Aussi valable avec "on va pas tortiller du cul pour chier droit", on y va droit au but et on règle ça fissa. Compris ?


"La classe à Dallas" 

Est-on vraiment mieux habillé dans la grande ville texane, où était-ce plus simple de localiser la classe à Dallas parce que ça rime tout simplement ? Ni l'un ni l'autre finalement. La réponse se trouve dans le feuilleton éponyme diffusé dans les années 1980, qui montrait en plus des diverses trahisons et infidélités un panel intéressant de la déco et du style d'un ranch de millionnaires dans le sud des États-Unis des années 1980. 


"Mystère et boule de gomme" 

La plus ancienne mention de cette expression qui n'a ni queue ni tête (c'est aussi pour ça qu'elle nous plaît) est située dans la pièce Demain il fera jour d'Henry de Montherlant publiée en 1949, au cours d'une conversation entre deux personnages dont un prénommé Gillou : « Ce n’est pas croyable : il faut qu'il ait faim pour que l'appétit vous vienne ! Est-ce sublime ? Est-ce grotesque ? Gillou. — Mystère et boule de gomme» Ne m'en demandez pas plus, ça n'a aucun sens pour moi non plus. Mystère et boule de gomme, donc. 


"C'est pas le couteau le plus aiguisé du tiroir"

Clairement l'une de nos préférées, pour désigner votre pote sympa mais pas très malin.e par moments. Pour prolonger l'émotion, voir également la version québécoise : "c’est pas le pingouin qui glisse le plus loin sur la banquise". Magnifique.


"Pas piqué des hannetons"

Du côté de la team Marseille, on n'est pas en rade d'idées non plus : on dit de quelque chose qu'il n'est pas piqué des hannetons pour dire en d'autres termes, "c'est top", "c'est super". Classe, non ?


"Un vent à décorner les bœufs" 

Doit-on vous traduire cette expression particulièrement imagée ? On préférera vous livrer sa variante coquine, "à décorner les cocu.e.s". 


"Tuer un âne à coup de figue molle" 

Une autre expression de la Cité Phocéenne, si on vous prévient que ça revient à "tuer un âne à coup de figue molle", c'est que ça va prendre des plombes.


"Coquin de sort" 

Cette expression particulièrement affectionnée par Alphonse Daudet nous vient du Sud également : elle marque l'exaspération et la colère. Et devinez dans quel contexte Daudet l'emploie ? « Ah çà ! qu’est-ce qu’ils font donc, les Parisiens avec leur tron de Dieu de général Trochu ? Ils n’en finissent pas de sortir… Coquin de bon sort ! » Pour gueuler contre les Parisiens. 


"Péter dans la soie" 

La meilleure pour la fin, aussi rigolote à dire que jolie dans sa forme, qui marque le contraste avec le tissu fin souvent très coûteux. 

Fin des articles