Anti-clichés : vrai/faux sur les clichés du 16e

Spoiler alert ! On va parler vieux richous, mocassins et bois de Boulogne. Mais pas que.

« Tu vis dans le 16e ? Putain mon pauvre... » Voilà ce que peut entendre un habitant du 16e quand il explique d'où il vient. Soyons clairs et nets, le 16e ne se limite pas à la petite bourgeoisie habituée aux plats préparés Fauchon, roulant en berlines allemandes dans les rues pavées de Passy ou d'Auteuil entre deux parties de golf. Non, ses habitants ne s'appellent pas tous Charles, Henri ou Maryse. Et non, les femmes ne portent pas toutes un manteau en fourrure de vison, sac Vuitton sur l'épaule. Certes pas mal de starlettes et d'(ex-)personnalités politiques corrompues y ont posé leurs valises, mais le 16 se boboise et les vieux richous migrent vers d'autres horizons (histoire de se renouveler peut-être ?). A la fois désert urbain, ennuyeux, rempli de has been bourgeois et de jeunes rentiers, l'image du 16e a la vie un peu dure. Mais ce ghetto huppé où hommes fortunés et jeunesse privilégiée se partagent la part du gâteau laisse place libre à une nouvelle jeunesse plus ambitieuse et populaire.

Un quartier de richous votant à droite ?

Vrai et faux

IMG_8670

Quartier de richous ou quartier comme les autres ? Chacun se fait son opinion mais oui, y'a de l'argent, de la brique, du flouze, du fric, de l'oseille, des pépètes, du pognon quoi, dans le 16e. Comme partout dans la capitale en fait. D'autres ghettos, où les sous font la loi, se retrouvent partout dans le Paris qu'on connaît tous mais pour bien que tu t'y retrouves, petite précision. Le 16e, ou le “Seize” pour les plus intimes, se coupe en deux : le nord avec son quartier "VH" bien chicos où les gens font la queue dans la rue pour acheter du café (peut-être qu'ils veulent un selfie avec Clooney, who knows) et le sud où le Parc des Princes s'anime toute les week-ends. Sans oublier le village d’Auteuil-Passy qui constitue un vrai melting-pot pour l'arrondissement. Blacks, blancs, beurs, asiats et même roms se partagent l'espace et c'est franchement cool. Oublie « Auteuil, Neuilly, Passy : c'est pas du gâteau Auteuil, Neuilly, Passy : tel est notre ghetto. » Le 16 se boboise parce que oui, la tendance n’épargne aucun coin de la capitale et c'est pas plus mal comme ça. Le 16e a aussi la chance d’avoir une réelle mixité sociale que la vitrine huppée occulte trop souvent. Le recensement de 1999 (merci Wikipedia) a montré la présence de nombreux artisans et commerçants (11%), ainsi que des professions intermédiaires (17%). Même dans le quartier très classe de la Porte Dauphine, avec son emblématique avenue Foch, près de 30% des actifs sont des employés ou ouvriers, ce qui est légèrement plus élevé que la moyenne de l'arrondissement (28%).

#MinutePolitico : Ok, on ne pourra rien contre ce cliché qui n'en est pas un. La Valoche a tout raflé à la tombola lors des dernières Régionales et Bartolone et les écolos se sont défendus tant bien que mal avec près de 17% des votes. A droite toute !

Drogue et prostitution dans le 16e ?

Vrai

dope

Alors oui, tout n'est pas que rose dans le 16e. Même si les mocassins et autres Stan Smith sont bien cirés et les terrasses bondées le dimanche midi (on vous conseille le brunch à la Maison Alexandre, 34, avenue de Versailles), tout n'est pas fards et paillettes. Exemple type : celui du bois de Boulogne qui n'est pas un mythe. Véritables sanctuaires du plaisir, les camionnettes blanches sont partout entre la Porte Maillot et Passy et même si cette activité est légale, bah c'est encore tabou. On se demande vraiment pourquoi ça l'est et pourquoi le 16e souffre de cette image. Mais on se demande surtout pourquoi une expo photo retraçant les dessous de ce business du bois de Boulogne a été censurée lors de rencontres photographiques à Tourcoing. Tout simplement censuré, et même si la photographe Elodie Chrisment signe une série photo très sérieuse, on a du mal à y croire. On est en France bordel, pas en République populaire de Chine où la censure fait la loi.

Enfin, piqûre de rappel niveau drogue, près de 7 tonnes de cannabis ont été trouvées dans une voiture en plein 16e sur un grand boulevard. Une saisie record en plein Paris dans un des arrondissements pourtant vu comme prude et sage. Ça en fait des pétards quand on y pense.

Arrondissement mort, loin de tout et désert culturel ?

Faux

IMG_5305

Non non non tu te trompes très cher lecteur. Comparer la Creuse avec l'Ouest parisien c'est vraiment pas fairplay. Viens donc au bois de Boulogne pour goûter au bénéfice de la verdure et de la Fondation Louis Vuitton, sortie de terre il y a près d'un an. N’oublions pas le musée d'art Moderne qui est très kiffant. Le Parc des Princes ravivera les flammes de toute personne en manque de corne de brume et de Zlatan, Roland-Garros (qui va dépenser 400 millions d’euros pour un toit décapotable et quelques arbres) à deux pas du periph' et des grandes Serres d'Auteuil saura contenter tout fan de tennis (attention au torticolis, c'est du vécu) et la belle Maison de la Radio, qui a fait peau neuve, ouvrira ses portes pour vous, passionnés de radio ou de concerts gratuits. On vous conseille aussi le musée du Vin, rue des Eaux, et non, ce n'est pas une blague. Nul besoin de mettre de l’eau dans son vin donc, pour venir visiter les perles culturelles du 16e arrondissement de Paris.

Et puis loin du Paris désertique, le 16e accueille désormais le festival We Love Green qui plante ses panneaux solaires et ses food-trucks bio chaque mois de juin dans l’Ouest parisien. S’étalant sur 2-3 jours, nos oreilles se ressourcent et la bière coule à flots. N'oubliez pas d'essayer les toilettes sèches, pour une expérience hors du commun. Comme dirait Paris Hilton « What happens in the seizieme stays in the seizieme. »

Et puis franchement, niveau géographie, on n'est pas loin du centre de Paris. Grâce aux lignes 6, 9, et 10 et le RER C, on peut se retrouver dans l'épicentre du 16e, au départ de Saint-Michel ou Saint-lazare, en 15 min grand max. Petite anecdote, si ton truc c’est de trouver un quai où l’on peut toujours s'asseoir (à chaque fois), on recommande la station de métro Église d’Auteuil qui est la station la moins fréquentée de Paris. Quelques 450 Parisiens l’empruntent tous les jours, ce qui ne représente vraiment pas grand-chose. La station est tellement peu rentable que les panneaux publicitaires sont tous vierges. Si t’es un fan inconditionnel du style romano-byzantin, fonces-y et n’oublie pas d’y allumer un cierge.

Un pur quartier de vieux coincés ?

Plutôt faux

tumblr_m3gh5gipyX1qd1a1xo1_1280

Sans transition, un renouveau de la jeunesse se fait sentir, et ça fait pas de mal. Le cliché « Mon avenir à moi est déjà tout tracé : boîtes privées, Science-po, l'ENA ou H.E.C » que les Inconnus reprenaient dans les années 90 est loin de se restreindre au 16e. Mode, photographie et même rap, l’arrondissement fait peu à peu parler de lui autrement. Que ce soit Héloise Monchablon, jeune maquilleuse de 25 ans qui bosse désormais sur les plateaux de cinéma, Jean-Philippe Lebée, photographe de mode qui cartonne partout ou encore le groupe de rap RCG (Radio City Gang) où des jeunes lycéens de milieux populaires rappent et font des milliers de vues au pied d’une tour HLM du 16e : ces jeunes ont une ambition commune, celle de briser les clichés. 

Pour vous convaincre, un petit rap bien du 16e. « #DuLourd pour des petits amateurs qui font ça entre deux épreuves de brevet blanc » dixit notre envoyé spécial de là-bas. Bon, de notre côté, on retient surtout cette histoire de brevet blanc, mais on ne résiste pas à partager ce premier clip avec vous.

Alors si tu veux redécouvrir le bois de Boulogne, goûter les meilleures gaufres Nutella-Spéculoos de Paris au Trocadero ou mater les toiles de Warhol au MAM, on se donne rendez-vous dans le 16e.

Crédit texte / photos : Thomas Serre