Dove, Tahiti, Uriage : 60 millions de consommateurs épingle des cosmétiques comportant trop de toxiques

© iStock

Les produits que nous utilisons au quotidien pourraient avoir des effets sur notre santé, rapporte l'association 60 millions de consommateurs, qui rappelle une nouvelle fois l'importance de lire les étiquettes des produits avant de passer à la caisse. 


Dans son hors-série consacré aux cosmétiques publié ce jeudi 10 décembre, 60 millions de consommateurs a réalisé une enquête sur 160 produits, « des classiques de supermarché (Garnier, Dove, le Petit Marseillais…) aux produits des enseignes spécialisées (Sephora, Yves Rocher) en passant par les marques de distributeur, de luxe ou bio. » 

Après avoir décrypté la formule de ces produits, l'association de consommateurs révèle que les deux tiers comportent des substances indésirables comme des perturbateurs endocriniens (susceptibles de perturber la croissance, la fertilité, le développement sexuel ou le métabolisme). Au total, seuls 50 articles sur 169 contiennent moins de 5 allergènes et sont jugés "à privilégier" et marqués par une signalétique verte, tandis que les produits marqués en orange sont à utiliser "faute de mieux" et en rouge les produits "à proscrire" contenant des ingrédients indésirables. 

Ainsi, dix molécules sont soupçonnées par l'association d'être des perturbateurs endocriniens, dont le propylbaraben, le méthylparaben ou le phénoxyéthanol, que l'on retrouve dans un lait pour le corps Dove Original, des cosmétiques de la marque Uriage, un gel douche Tahiti vanille ou dans des baumes à lèvres Eucerine. La présence d'allergènes est aussi à noter dans plusieurs produits, comme la crème pour les mains à l'allantoïne de Mixa, qui en contient dix à elle seule. 60 millions de consommateurs tire également la sonnette d'alarme pour les fonds de teint, dont 7 sur les 12 analysés sont classés en rouge du fait de substances « suspectées de perturber le système hormonal (BHT, filtre UV ethylhexyl méthoxycinnamate, etc) » dans les produits les moins chers, mais également chez des marques milieu de gamme comme Bourjois ou de luxe comme Guerlain ou Estée Lauder.

D'autres produits comme les hydratants et les sticks à lèvres contiennent pour beaucoup des substances ici aussi soupçonnées d'interférer avec le système hormonal. « Nous estimons que ces perturbateurs endocriniens suspectés, tels que le BHT ou le méthylparabène, n’ont pas leur place dans un cosmétique, a fortiori s’il ne se rince pas et s’utilise tous les jours », prévient l'association. 

Les produits solides, de plus en plus populaires, dont 24 ont également été "passés au crible" par 60 millions de consommateurs qui rapporte que « la moitié des déodorants et un tiers des shampooings solides de notre échantillon répondent effectivement à la promesse environnementale et de santé mise en avant par leurs fabricants », tout en avertissant que « certains produits présentent bel et bien des perturbateurs endocriniens suspectés ou des tensioactifs agressifs et allergènes ». L'association rappelle également la nécessité de lire l'étiquette de tout produit avant d'acheter. 


Fin des articles