Les 10 expressions les plus coquines de la langue française

© Illustration : Cécile Jaillard

Vous l'aimez cette langue française, n'est-ce pas ? Nous aussi, et plus particulièrement ses expressions si emblématiques. Au sein d'elles se cachent certaines particulièrement coquines, et pour la plupart quasi-inconnues du plus grands nombres d'entres nous. Une foule de petites phrases, d'hier et d'aujourd'hui, que Catherine Guennec a répertorié et expliqué dans son dernier ouvrage Grimper aux rideaux (ed. First). On en a pioché 10 parmis les 100, de quoi diversifier votre langage ! 

Buriner la trappe 

Buriner ou poinçonner, il s'agit de quasi synonymes... Poinçonner ou composter un ticket pourrait aussi signifier le fait de pratiquer l'acte charnel en déduit Catherine Guennec. Quant à la trappe, elle ferait allusion à la "merveille de Madame" aussi nommée grotte, cave, chaudron ou encore fosse ! 

Grimper aux rideaux

Vous connaissez bien cette expression lorsqu'elle signifie le fait de s'énerver, de s'emballer ! Mais elle prend aussi une tournure coquine, lorsqu'elle signifie être très excité sexuellement et atteindre la félicité, bref jouir tout simplement. 

Rôtir le balai 

Au début, rôtir le balai a signifié "passer plusieurs années dans un emploi de peu de considérations", puis au fil du temps, il a voulu dire "mener une vie dissolue, libertine et avoir de nombreux partenaires" ! L'origine de cette expression reste obscure selon l'auteure, certains y verraient une allusion aux sorcières qui enfourchent leur balais pour aller au sabbat, un "lieu propice aux débauches"... 

Déballer le mon chéri 

Vous avez au moins tous une fois goûté au "mon chéri" ce bonbon au chocolat et à liqueur à l'emballage rose. Pour le savourer, il convient donc d'enlever son emballage, comme "l'on ferait d'une femme avant de pouvoir accéder à sa friandise", souligne l'auteure. Déballer le mon chéri, c'est donc déshabiller son amoureuse, pour "passer au sucré, voir au sucré-salé". 

Faire tic-tac

On nous explique qu'au XVIIIe siècle le vieux Mouvement de Genève désignait une femme savante dans les jeux de Vénus, une partenaire d'expérience, comparée à un impeccable mouvement d'horlogerie dont Genève était la capitale. La femme serait donc une "horloge à remonter". A noter que le sexe de la femme est aussi assimilée à un cadran et celui de l'homme à une aiguille... A bon entendeur ! 

Etre talon rouge 

Elle signifie être raffinée, mais également être libertin, débauché, comme Monsieur, le frère du roi, Philippe d'Orléans. Etre talon rouge faisait alors allusion aux moeurs dissipées de la Régence. 

La petite anecdote : En 1662, Philippe d'Orléans en rentrant d'une de ses escapades nocturnes aurait tâché ses souliers de rouges à cause du sang qui dégoulinait des abattoirs aux alentours. Une excentricité que les courtisans du Régent se mettront vite à adopter ! Mais pas pour longtemps car après la Révolution, Napoléon interdira les talons rouges, symboles de la monarchie et de l'aristocratie. 

Passer du B dur au bémol 

Passer au bémol, c'est perdre son érection, et donc laisser la B tristement au repos, nous indique-t-on. Une expression qui a pour autres synonymes "bander foulard, remettre l'épée au fourreau ou encore rester l'oreille basse" ! 

Sculpter l'atmosphère 

Selon l'auteur, cette expression confirme que l'amour est un art... Un art en relief comme la sculpture, quand l'homme "affiche un profil grec" par exemple. 

Aller aux petites bottines 

Utilisée plutôt en Province, cette expression signifiait "rendre visite à l'abbaye des dames" où les filles chaussées de bottines attendaient leur client. 

Approcher une fille en roi d'Egypte 

Cette expression dont on retrouve peu de traces signifie désirer ardemment une femme, et de façon visible étant donné que "la pyramide se dresse à son intention" ! Vous voyez le genre ?

Grimper aux rideaux, Et 99 autres expressions et mots coquins, de Catherine Guennec (éditions First)
Dispo ici