6 histoires d'amour à lire au moins une fois dans sa vie

  • Coline
  • Pop Culture
  • 12/02/2018

On sait, la Saint-Valentin, tu t’en fiches un peu. A vrai dire, nous aussi. Mais il n’empêche, il est parfois des romans qui nous donnent envie d’être amoureux, là, maintenant, tout de suite. Que tu sois célib' ou en couple, voici six histoires d’amour à lire au moins une fois dans sa vie, pour te prouver que l’amour n’est pas toujours synonyme de ballons roses et autres niaiseries.


La plus touchante : En attendant Bojangles

Si tu n’as pas encore lu ce best-seller de 2016, c’est le moment de te rattraper ! En attendant Bojangles relate l’histoire d’amour un peu folle d’une mère pour le moins extravagante et d’un père charismatique, vue à travers les yeux émerveillés de leur fils. Ils s’aimeront dans un joyeux bordel sur fond de danse, folie et poésie. Un roman très touchant, remarquablement bien écrit, qui dépeint très habilement l’amour indéfectible qui peut lier deux êtres un peu fêlés.

en attendant

En attendant Bojangles, Olivier Bourdeaut 


La plus sulfureuse : Les Liaisons dangereuses

Le roman date peut-être de 1782, mais l’histoire n’a pas pris une ride. Un duo de séducteurs diaboliques, la marquise de Merteuil et le comte de Valmont, décide, l’un par vengeance et l’autre par jeu, de pervertir deux âmes innocentes. Mais il n’est pas si facile de séduire sans y laisser quelques plumes, et à la fin rira bien qui rira le dernier… Un roman épistolaire entré dans les grands classiques de la littérature, et ce n’est pas pour rien !

Les Liaisons dangereuses, Choderlos de Laclos


La plus addictive : Pour la peau

Quand Emma voit E. pour la première fois, elle le trouve quelconque, sinon laid. Et pourtant, cette jeune trentenaire fraîchement débarquée dans le Sud finira par tomber désespérément amoureuse de celui qu’elle regardait à peine. Une histoire passionnelle et très contemporaine, dans laquelle la narratrice essaie de comprendre à quel moment elle a succombé, pour mieux oublier. Pas dit que ça marche !

"C'était un été de canicule et j'ai aimé un homme." 🔹À la manière du dernier Nina Bouraoui avec son "Beaux rivages", l'auteur décrypte ici pendant 200 pages les moments d'une histoire d'amour qui a mal fini. Ce roman est le récit d'une passion dont la narratrice cherche à retracer les contours, ou plus exactement le commencement. Dans une ambiance érotique, mélancolique, elle raconte la rencontre de deux êtres opposés partageant leur solitude, elle jeune et jolie, lui plus vieux et plutôt négligé. La question que se pose la narratrice est celle ci: Quand le désir est-il apparu? Quand la présence de l'autre est-elle devenue obligatoire ? Que s'est il passé en elle, entre eux, pour en arriver là ? Dans une interview de l'auteur, Emmanuelle Richard explique tourner autour de "l'homme" telle une caméra embarquée, et c'est en effet l'impression que l'on a, donnant une sorte de tournis dans une histoire creuse mais malgré tout intrigante. Le plus beau dans ce roman c'est sans doute son souffle, une sorte de grande inspiration qui vous avale. Une phrase peut faire trois mots comme trois pages. Il y a dans ces lignes un réel talent d'écriture que j'aimerais voir investi dans une histoire d'amour plus "solaire". Je conseille ce roman à ceux qui s'attachent plus à la Poésie des mots, et à une psychologie réaliste des personnages qu'aux amateurs d'histoires construites à l'intrigue bien ficelée. 🔹"Crier l'après midi en plein coeur de l'été, fenêtre ouverte. Se sentir impudente impudique et heureuse. L'odeur des draps qu'on ne lave surtout pas."🔹 #pourlapeau #emmanuelleRichard #editionspoints @editionspoints

Une publication partagée par Agathe R. (@agathe.the.book) le

Pour la peau, Emmanuelle Richard


La plus perturbante : Lolita

Autre classique que cette histoire d’amour interdite entre un dandy oisif de 37 ans qui s’éprend d’une jeune fille de 12 ans. Tout au long du roman, Humbert Humbert, le personnage principal, confesse son attraction pour les jeunes filles, les « nymphettes », et son obsession dévorante pour la jeune Dolorès en particulier. Une passion dévorante sur fond de traversée des Etats-Unis, qui fascine autant qu’elle dérange.

“Imagine me; I shall not exist if you do not imagine me;” #lolita #nabokov

Une publication partagée par @ meg_is_not_a_muffin le

Lolita, Vladimir Nabokov


La plus triste : Lettre d’une inconnue

Publié en 1922, ce magnifique roman épistolaire de Stefan Zweig retrace l’amour à sens unique d’une jeune fille éprise d’un écrivain. Tombée amoureuse de lui à treize ans alors qu’il était voisin de ses parents, la jeune fille n’aura de cesse de penser à lui, jusqu’à ce qu’elle le retrouve à l’âge adulte, et passe trois nuits avec lui. De ces amours éphémères naîtra un enfant, que la jeune femme élèvera seule, dans l’espoir que l’écrivain la recontacte. Alors qu’elle avait perdu espoir, elle le recroise un jour dans les rues de Vienne… La suite ? On te laisse la découvrir par toi-même !

lettre

Lettre d'une inconnue, Stefan Zweig


La plus ordinaire : La Beauté des jours

Histoire très ordinaire que celle de Jeanne, mariée depuis des années à Rémy, avec qui elle a eu deux enfants. Rêveuse tout en menant une vie pétrie d’habitudes, Jeanne est heureuse et ne se pose pas trop de questions. Jusqu’au jour où elle recroise par hasard son premier amour d’adolescence dans la rue. Un roman facile à lire et addictif, où la raison le dispute à la passion, le tout conté par la plume sobre et élégante de Claudie Gallay. A lire !

La Beauté des jours, Claudie Gallay