Yassmine B, la fausse héritière qui arnaquait tout Paris

  • Lila D
  • News
  • Publié le 28 Avril 2022 à 16h39

Une affaire hallucinante à la croisée entre Tout ce qui brille, L’Arnaqueur de Tinder et L’Arnacœur tout court. Il s’agit de l’histoire de Yassmine B, une ancienne escorte parisienne de 23 ans ayant arnaqué des dizaines de Parisien.e.s et dont on peine encore à entrevoir le vrai visage. 


Toute sa vie n'est que mensonge. Yassmine B partageait son quotidien sur les réseaux : voyages partout en Europe, fêtes, luxe… À certains elle racontait qu’elle était auto entrepreneuse, en plein processus de création de sa marque de vêtements de surf, à d’autres qu’elle était héritière, et que son père était récemment décédé. "Elle faisait des achats de produits de luxe devant ses amis comme pour prouver son discours, après on allait forcément moins douter d'elle" déclare une de ses victimes que nous avons contacté. Certaines personnes qui l’ont croisée ou hébergée l’accusent de vols d’effets personnels et d'argent liquide. Une autre jeune femme raconte que Yassmine invitait des gens dans son appartement en leur disant qu’il s’agissait de chez elle. La jeune femme adaptait son discours à la personne qu’elle rencontrait, pour mieux en bénéficier ensuite. La vérité était difficile à déceler car la jeune femme aurait commencé à mentir sur sa famille il y a bien longtemps, avant son arrivée à Paris. Yassmine serait originaire de Charente, et demandait déjà à ses connaissances de la déposer devant de belles maisons, au lieu de l’appartement modeste de ses parents dans les HLMs de la commune de Crouin, proche de Cognac. L’usurpatrice aurait aussi fait un rapide passage par l’armée en tant qu’infirmière, mais pour le moment il est difficile de retracer sept ans de mensonges et de démêler le vrai du faux.

Des témoignages glaçants 

Celui qui a alerté les gens sur l’affaire s’appelle Sacha P., il est sorti un mois avec Yassmine et a porté plainte contre elle juste après l’avoir quitté, au commissariat de Charenton - Le pont (Val- de-Marne). Il a non seulement expliqué pourquoi sur Instagram, mais a aussi rassemblé énormément de témoignages de victimes. Yassmine aurait volé des bijoux à sa mère, et des vêtements de son père décédé. Il a continué à communiquer avec elle, pour obtenir des aveux, des preuves de ses délits, ce qui a fonctionné puisque la jeune femme a avoué certains de ses méfaits au fil de leurs discussions. Grâce aux témoignages postés par Sacha P., d’autres victimes se mettent à porter plainte, et les chances que Yassmine B. finisse par être mise en examen augmentent. Le jeune homme est apparu dans une vidéo du youtubeur Bastos TV relatant l’affaire, dans laquelle il raconte son expérience avec la jeune femme, et la manière qu’elle avait de fonctionner.

Un processus bien ficelé

Sacha, et les autres victimes qui ont témoigné racontent tous que Yassmine s’adaptait à chacun pour mieux les manipuler. Elle racontait des traumas similaires pour se lier d’amitié, commençait par tout payer, disait qu’elle avait de l’argent comme pour créer un lien de confiance avec sa prochaine victime, à l’instar de Simon Lievev. Une fois la confiance acquise, le début de l’arnaque commençait : vols de carte bleue, de bijoux, de sacs, maquillage etc

Une fois que les victimes se rendent compte du pot-aux-rose, le chantage commence et Yassmine menace de divulguer les plus gros secrets de ses victimes (comme dévoiler l’homosexualité de quelqu’un à ses parents par exemple). Sacha raconte d’abord avoir partagé son histoire car il était désabusé et blessé et c’est là qu’il reçoit « plus de 100 messages » de personnes ayant vécu la même chose. Espérons au moins que ces personnes puissent obtenir justice, puisqu’ils et elles sont loin d’être sûr.e.s de pouvoir récupérer leur biens ou une quelconque compensation financière. La réalité reste à prouver dans le cadre de la Justice, ainsi que les dires des présumées victimes. Beaucoup de preuves seront tout de même récoltées grâce à cette médiatisation.  

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par sacha (@sachaperezsacha)

Fin des articles