Paris : la mairie inaugure une nouvelle place piétonne dans le Marais

© instamatics / iStock

Ce mardi en fin d’après-midi, le premier adjoint Emmanuel Grégoire et Ariel Weil - Maire de Paris Centre - ont inauguré l’aménagement piétonisé d’une nouvelle place rue du Temple. Fontaine Wallace, bancs Davioud… Une réponse à la large demande faite par le mouvement SaccageParis.

Rue pavée seulement accessible pour les pétions et les cyclistes, cinq jardinières en pleine terre, une fontaine Wallace spécialement fabriquée par Eau de Paris et quatre bancs Davioud installés, pour cette rénovation la mairie de Paris a vu les choses en grand. Au revoir véhicules motorisés, place à la liberté de respirer et au calme retrouvé. 

Dans le 4e, sur la portion de la rue du Temple située entre les rues de la Verrerie et Sainte-Croix-de-la-Bretonnerie, il est désormais possible de se promener en toute sécurité sur la place végétalisée. Inaugurée mardi en fin d’après-midi, cette place au cœur du Marais s’affiche avec un esthétisme digne d’une carte postale

Une nouvelle esthétique parisienne

Baptisée place Albert-Memmi, en hommage à l’écrivain et essayiste franco-tunisien mort le 22 mai 2020, cette place fait figure de l’aménagement modèle imaginé pour la nouvelle esthétique de la capitale. A côté du grand arbre, seul rescapé de l’abattage réalisé pour la nouvelle entrée de métro, trois petits micocouliers de Provence on été plantés. Des poubelles sont cachées aux quatre coins de cet espace qui paraît maintenant plus grand. Petit plus, une demi-douzaine d’arceaux à vélos ont été installés. Pour les vélos et les trottinettes, l’accès est autorisé mais pied à terre

Les opposants à la mairie SaccageParis

Sur les réseaux sociaux, une série d’opposants non politisés à la mairie de Paris dénoncent - à la longueurs des tweets - le manque d’entretien et le délaissement du mobilier historique en échange des aménagements modernes. Pour marquer son action, le collectif avait même racheté un banc Davioud pour l’offrir à la ville. Une façon de souligner l’urgence de les protéger. C'est ce même banc qui garnit désormais l’espace pour faire place aux futurs usagers, sans oublier le passé.

Après quatre ans de travaux lancés en février 2018 par la RATP, depuis hier, la rue prend un second souffle en étant plus calme et donc plus attractive. La nouvelle esthétique parisienne à tout de même un prix, 1,5 millions d’euros. Alors il ne nous reste plus qu’à aller voir la nouvelle place Albert-Memmi.

Fin des articles