Paris : un confinement le week-end dès cette semaine ?

Canal Saint-Martin © iStock

Imaginez une seconde : prendre le métro pour charbonner toute la semaine et rester enfermé... tout le week-end ! C'est l'une des pistes qui est désormais sérieusement envisagée à Paris pour freiner la propagation de l'épidémie.

Mais quand diable cela va-t-il s'arrêter ? Probablement pas ce mois-ci, ni le prochain. Alors que l'épidémie de COVID-19 ne cesse de progresser en Île-de-France, un nouveau Conseil de dDéfense doit notamment se prononcer ce mercredi 3 mars sur le sort des Parisien.ne.s. Coup d'œil sur les 3 restrictions envisagées pour endiguer la maladie.

 
Un confinement le week-end

Jeudi dernier, Jean Castex indiquait que plusieurs départements – dont la région Île-de-France – étaient placés en vigilance renforcée, ce qui signifie qu'en fonction de l'évolution de l'épidémie Paris pouvait faire l'objet de nouvelles restrictions. L'une des plus rudes est certainement le confinement le week-end qui viendrait s'ajouter au couvre-feu existant. Jugée « difficile, dure voire inhumaine » par la maire de Paris, cette mesure est pourtant déjà imposée dans plusieurs régions de France et Paris semble sur le point de basculer... 

L'interdiction de la consommation d'alcool sur la voie publique

Moins douloureuse (quoique), l'interdiction de la consommation d'alcool sur la voie publique est elle aussi sur la table. L'idée ? Empêcher les rassemblements de parisiens en manque de soleil et d'interractions sociales, notamment sur les quais. Il serait même envisagé de les fermer au public ; une foule que l'on ferait finalement que déplacer dans les parcs, les jardins, la rue et les commerces. On peut également se demander pourquoi il est toujours possible de s’entasser dans un métro bondé mais pas de chiller à l'air libre en respectant les gestes barrières. 

Une baisse de la jauge de fréquentation des commerces

Limiter le flux de personnes dans les commerces est également l'un des enjeux importants de la capitale. Aujourd'hui, les commerces de plus de 400m2 ne peuvent accueillir qu'un client pour 10m2 – pour les autres ce seuil est fixé à 8m2. Une jauge qui pourrait être réduite d'avantage dans les jours avenirs.


La vie d'avant par © iStock

Pour Anne Hidalgo, la solution réside dans un confinement stricte de la capitale durant 3 semaines mais Jean Castex a indiqué n'y être pas favorable. Si reconfinement il y a, Valérie Peceresse réclame que les marchés en plein air et les lieux de culte restent ouverts. YOU-PI.

Fin des articles