Où écouter de la musique africaine à Paris ?

© Facebook - Fatoumata Diawara

Aussi large que puisse l'être le spectre de la musique africaine, Paris ne dévoile pas facilement ses meilleures adresses en la matière. Le Bonbon a sélectionné une dizaine de spots où l'on écoute pléthore de jazz, soul, r'n'b, blues ou encore afro-pop pour faire danser tout ce petit monde. Entre incontournables et petites pépites de quartier, vos soirées s'annoncent chargées. N'hésitez pas non plus à nous envoyer vos pépites.


La Pomme d'Eve

Ce bar qui se revendique comme le seul pub sud-africain de la capitale ouvre sa cave gothique depuis 2000 aux habitués du quartier latin. On y va pour mater les matches du moment, oui, mais aussi pour assister aux concerts ultra-diversifiés : du jazz à la bossa nova en passant par le blues, le rock et la musique du monde.

1, rue Laplace – 5e


Le Comptoir Général

La base, autant pour la déco que pour le son. Entre cabinet de curiosités, moulures et sol en damier, le Comptoir Général est clairement un incontournable. Mention spéciale aux cocktails.

80, quai de Jemmapes – 10e


Camara Productions

Dans la rue Marcadet, on rate difficilement cette vitrine recouverte de pochettes d’albums et de DVD : référence ultime en matière de musique et films africains, on s'y plonge un aprèm' entier pour dénicher de vraies perles.

45, rue Marcadet – 18e


Le Titan Club

Pour ceux qui recherchent du club de chez club, de l'afro-pop et du hip-hop. Temporairement fermé pour rénovation, on guette sa réouverture ici. Entre les soirées à thèmes sénégalaises, ghanéennes, béninoises, vous aurez de quoi faire.

Place de Clichy – 17e


Le Jip's

Véritable repère de sons underground en dépit de sa position centrale, on va au Jip's pour s'enivrer au rythme de la salsa, on profite de la scène musicale afro-cubaine et on déguste des plats africains au beau milieu des sculptures en ébène et des fresques.

41, rue Saint-Denis – 1er


L'Embuscade

Ici, on navigue entre les spécialités africaines et cap-verdiennes (big up pour les accras et rhums arrangés) : ce bar-rhumerie est donc hyper coloré, et la référence pour tous les insomniaques en mal de teuf. Niché au cœur de Pigalle, on y savoure un ti-punch ou un cocktail au gingembre en guise de petit dèj’ sur-vitaminé.

47, rue de la Rochefoucauld – 9e


L'Olympic Café

Plein cœur de Château-Rouge. Ne partez pas avec une idée en tête parce que la prog' de l'Olympic est assez expérimentale. Ce qu'on peut vous dire, c'est qu'il peut aussi devenir votre deuxième cantine, avec ses cuistots sénégalais qui proposent du poulet yassa, bananes plantain, poulet braisé et l’inimitable mafé. D’ailleurs, le mercredi, c’est mafé gratuit pour tout le monde, si vous passez par là.

20, rue Léon – 18e


La Halle Papin

Impossible de ne pas citer dans ce top la programmation ultra-éclectique de la Halle Papin avec le formidable collectif Soukmachines aux commandes. En juin, le lieu accueille le groupe Monkuti adepte des rythmes vaudou du Bénin autant que de l’afrobeat nigérian, en passant par le jazz hard bop. Et encore, on ne parle pas de toutes les sessions jam, afrobeat tout court, ses bals afro-brésiliens....

62, rue Denis-Papin – Pantin


Le Baiser Salé

Il règne dans ce temple du jazz une atmosphère ultra-métissée depuis 1983 : jazz fusion, rythme ‘n’ blues, groove ou funk toute la semaine, et une jam gratuite le lundi. Au bar, on choisit parmi une large sélection de rhums aux parfums différents. De quoi tenir jusqu’à 6h du matin tranquille.

58, rue des Lombards – 1er


Le FGO Barbara 

Impossible de vous dire à quel point la programmation du FGO Barbara est variée, sinon que c’est une salle de concerts de 300 places, 6 studios de répétitions et d’enregistrement et 2 salles d’activités au service de la pratique amateur, de l’accompagnement d’artistes et de la création. Véritable fabrique des possibles donc, cet établissement dédié à la découverte met en lumière et soutient des projets émergents aussi bien que la crème des artistes indépendants, underground ou reconnus, des périodes de résidence et de l'action culturelle. Suivez leur agenda de très près.

1, rue Fleury – 18e


L'Echo Musée

En sortant du métro Barbès-Rochechouart, il faut s’enfoncer un peu dans la Goutte d’Or puis s’arrêter là où il y a des débits de paroles fortes et enjouées. Vous voilà à l’Echo Musée, illustre galerie d’art associative du quartier. Cet espace d'initiatives culturelles existe depuis 25 ans à la Goutte d'Or et fonctionne aujourd’hui en auto-organisation avec une équipe d’habitants/bénévoles du quartier. Pour le son, rendez-vous aux apéros du vendredi !

21, rue Cavé – 18e


L'Olympia

Presque évident mais on n'y pense pas forcément, l'Olympia dispose d'une belle programmation en termes de sonorités africaines. On notera les précédentes scènes de Manu Dibango, Charlotte Dipanda ou encore Richard Bona. Retrouvez la prog' du moment juste ici.

28, boulevard des Capucines – 9e


La Bellevilloise

Depuis 1877, la Bellevilloise chante haut et fort ses notes libertaires et pluridisciplinaires. Avec ses cafés-concerts, ses ateliers bien-être et son espace gigantesque (en plus de sa friche estivale de 900 m2), l'endroit est un incontournable. Pour consulter l'agenda de la Bellevilloise, c'est par là.

19-21, rue Boyer – 20e


La Maroquinerie 

Scène de la musique indé par excellence à Paris, la Maroquinerie est voisine de la Bellevilloise et a ouvert en 2003. Parfait spot pour les soirées d'été grâce à son resto apprécié de tous les gastronomes, on y va tout particulièrement pour les concerts rap et hip-hop toujours à la pointe

23, rue Boyer – 20e

Fin des articles