5 adresses où se sentir comme en Bretagne à Paris, garanties sans crêperie

© Conte d été (Éric Rohmer, 1996)

Parce que ça suffit de réduire nos amis bretons à de simples trublions qui se baladent en marinière et ciré une galette-saucisse à la main, voilà nos adresses favorites où savourer de bons kouign-amann, s’enfiler de bonnes huîtres, boire de la bonne bière, et manger du bon poisson de région. Parfait pour un bon gueuleton comme on dit dans le jargon.


La Pointe du Grouin

Restaurant à l’allure de taverne situé pile entre Chez Casimir et Chez Michel, La Pointe du Grouin s’impose en repère de boute-en-train où ça gueule bien... Comment ça se passe ? Tu y ramènes ta carcasse de Breton en exil ou de Parisien affamé, te jettes sur une table, convertis tes euros en grouins (1 euro = 1 grouin... y’a plus compliqué), tu commandes au bar, on te file un numéro, puis tu attends sagement qu’on le crie dans un haut-parleur pour récupérer une cagette remplie de bonnes provisions.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Tzu-Ying Chiang (@tzuying_chiang) le

Le coup de cœur ? La planche mixte qui mêle terrine, andouille de Guéménée, tartines beurrées… Sans oublier la bière à 2 € en journée.

La Pointe du Grouin
8, rue de Belzunce – 10e


Istr

Entre terre et mer, Istr (huîtres en breton) est un bar... à huîtres ! Laissez-nous vous dire qu’il n’en existe pas beaucoup des comme celui-là. Déco épurée, un peu branchée, mais pour autant pas guindée, on y mange des produits frais du terroir, des huîtres en happy oyster de 18 à 20h… Servies à la tradi, ou un peu édulcorées, leur texture de velours nous donnerait presque envie de nous reconvertir dans l’ostréiculture.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par SHELLFISH | PARIS | COCKTAILS (@istrparis) le

Le coup de cœur ? La demi-douzaine d’huîtres bretonnes en happy oyster bien évidemment.

Istr
41, rue Notre-Dame-de-Nazareth – 3e


Maison Georges Larnicol

Georges de son prénom, c’est un breton de naissance. Même si depuis, il a fait un bon bout de chemin, les valeurs artisanales de ses origines ne l’ont jamais quitté. Au pur beurre et au gros sel, le kouign-amann de la maison est, pour beaucoup d’entre nous, le meilleur qu’on ait eu l’occasion de manger à Paris.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Anne Leick (@carnetdesaveurs) le

Le coup de cœur ? Les kouignettes (des kouign-amann en plus petits), histoire d’en prendre plusieurs sans regretter...

Maison Georges Larnicol
14, rue de Rivoli – 4e


Ton Air de Brest

Un nom de bar en jeu de mots ne présage que le meilleur. Au "tonnerre" de Brest, on boit des bières breizh qu’on ne retrouve nulle part à Paris, tous dans le même bateau, c’est calembours et serrages de bras à tout va. Allez, yec’hed mat ! Comprendra qui pourra.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Cave Saint-Martin (@cavesaintmartin) le

Le coup de cœur ? La bière Coreff, brassée à Carhaix.

Ton Air de Brest
9, rue Maison Dieu – 14e


Le Petit Louis

Ici, pas de galette, mais des recettes tout aussi savoureuses réalisées à partir de produits de petits producteurs, idéales pour (re)découvrir le Pays bigouden. Escargots de Chapeau l’escargot, de la gridouille à l’ancienne de l’Atelier de l’Argoat, une poêlée de pleurotes bio, un breizh burger (avec un bun feuilleté), une soupe à l’oignon de Roscoff, des huîtres de Quiberon, un breizh bowl veggie… sans oublier les glaces bio de chez Jampi. Vous salivez ? Nous aussi. 

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Lepetitlouis (@lepetitlouisparis12) le

Le coup de cœur ? Le breizh burger, aussi beau que bon...

Le Petit Louis
240, rue du Faubourg-Saint-Antoine – 12e

Fin des articles