Voici les rues les plus coquines de Paris

© Wikimedia Commons

Car Paris ne rime pas seulement avec gastronomie, films d’auteur, baguette sous le bras, et rendez-vous romantiques le long de la Seine. Paris, c’est aussi le sexe, et quelques-unes de ces rues sont d’accord avec nous.


Rue de la Pompe – 16e

L’une des plus évidentes, mais on ne s’en lasse jamais. En plein 16e arrondissement – là où personne ne va jamais –, le nom de rue de la Pompe ne peut pourtant que vous être familier. On comprend le prix exorbitant des loyers.


Route de la Longue-Queue – 16e

Bien moins connue que sa voisine de la Pompe, la route de la Longue-Queue est pourtant régulièrement empruntée… Et elle n’a pas volé son nom, puisqu’elle se trouve au milieu du bois de Boulogne. Y’a des choses qui ne s’inventent pas.


Rue des Deux-Boules – 1er

Des boules de glace, hein, bien sûr. Quel esprit mal placé vous avez.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Caroline Monteil (@carolinemonteil) le


Rue de la Put-y-Musse – 4e

Si tu ne la connais pas, c’est normal, puisqu’elle a depuis été renommée en rue du Petit-Musc. Le verbe "musser" donc, qui signifie se cacher, et qui aide facilement à imaginer une rue qui servirait entièrement de cachette aux filles de joie.


Rue Brisemiche – 4e

À l’époque, c’est dans cette rue qu’étaient distribuées les miches de pain aux chanoines de la collégiale Saint-Merri, juste à côté. Rien à voir avec la connotation sexuelle à laquelle tu pensais (avoue-le).


Rue Trace-Putain – 3e

C’est l’histoire d’une péripatéticienne qui se fait une trace. Et voilà.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Ⓜ️? (@paris_metropolitan) le


Rue des Longues-Raies – 13e

L’une de nos petites préférées ! Anciennement rue des Glacières, la rue est désormais une ode aux longues raies, celle du plombier qui répare la cuisine, celle de la voisine Christine qui prend sa douche, peut-être même la tienne, tiens. 


Rue Tire-Boudin – 2e

Non loin de la rue Saint-Denis, les filles de légère vertu travaillaient également dans la rue Tire-Boudin, qui du coup porte bien son nom. Elle a depuis été modifiée en rue Marie-Stuart, en honneur à la Reine.

Fin des articles

Paramètres des cookies