Le Guide du provincial qui débarque à Paris

Chers bonbons provinciaux, cet article s’adresse au petit peuple venant de contrées lointaines qui souhaite passer quelques temps dans notre tendre capitale si convoitée. Que ce soit pour le travail, stage ou tout simplement en visite, ce petit guide vous sera probablement utile.

 

Conseil n°1 : Ne pas paniquer à Châtelet

Pour commencer, vous aurez sûrement l’occasion de passer par la station de métro Châtelet et ses couloirs de 1000km. Après vous être perdu une douzaine de fois, vous atteindrez enfin une sortie. Les malchanceux en trouveront une qui nécessite de repasser son ticket pour recouvrer sa liberté, novice que vous êtes, vous voudrez en racheter un. C'est inutile, croyez-moi.

 

Conseil n°2 : Faire un tour de vélib 

Pour les amoureux de la Ville Lumière, il est fortement conseillé de partir en vélib, faire le tour des quartiers les plus connus pour finir au pied de la tour Eiffel à minuit. Le tout avec un petit coup dans le nez. Attention ! Être bourré ne justifie pas le fait de coincer son écharpe dans le vélo, c’est super compliqué à enlever. On rappelle que l’abus d’alcool est dangereux pour la santé.

 

Conseil n°3 : Fêter dignement son premier week-end

Une bonne grosse soirée de hipster est la solution pour faciliter son intégration parisienne. La clé ? Un lieu original, une entrée super chère et des collègues trop coul. Vous ne voyez toujours pas ? Je prends donc l’exemple d’une grosse soirée dans un aéroport avec des avions au dessus de la tête, plein de gens drogués et du très gros son.

 

 

Conseil n°4 : Être muni d’un bon appareil photo

En bon touriste, vous vous devez de faire quelques photos avant de retourner dans votre terre-terre pour montrer votre formidable aventure à vos amis paysans. La recette pour impressionner vos potes : la présence de la tour Eiffel sur toutes vos œuvres, de nuit comme de jour, soleil, pluie (plus probable) ou grêle. Oui je sais, ça à l’air futile comme ça mais pour les provinciaux c’est impressionnant (ça y’est, je méprise mes origines).

 

Conseil n°5 : Aller à un afterwork dans un lieu à la mode (comprenez rooftop) 

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Le Perchoir (@leperchoir)

Toujours avec les mêmes mecs à barbe et chemises à carreaux de l’aéroport, vous pouvez vous rendre au Perchoir. Sur les conseils d’un précurseur de tendances, je m’y suis rendue, pleine d’espoir. Les portes de l’ascenseur s’ouvrent directement sur une vue de Paris à couper le souffle. L’endroit est très branché avec des serveurs super cool dans des tipis, des chauffages un peu partout, des planches en bois, des canap’ et tabourets pour s’asseoir. Pour les plus frileux, des plaids tout doux sont en libre distribution ; en buvant un chocolat chaud, c’est presque parfait. En parlant des boissons, les prix sont relativement élevés mais le lieu est à la hauteur de son nom. Au fait, n’abandonnez pas si vous ne trouvez pas du premier coup, il faut un peu de perspicacité pour dénicher la fameuse terrasse.

 

Conseil n°6 : Courir dans le métro n’est d'aucune utilité 

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par @pouffys

Beaucoup de gens courent dans les couloirs du métro pour en choper un qui passera 3 minutes après. Ceci est une source de stress supplémentaire pour les pauvres gens qui les voient en plein sprint. De plus, vous risquez d’être la risée des autres passagers si vous rentrez dans le métro in extremis et qu’une partie de vous reste coincée dans la porte (le petit lapin rose vous avait prévenu). Enfin, vous risquez d’effrayer les autres touristes qui débarquent et qui vont probablement se mettre à courir aussi en croyant naïvement qu’il y a le feu.

 

 

Conseil n°7 : Les passages piétons parisiens sont des traces blanches insignifiantes

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Nicolas ? (@nick_oberyn)

Dans les autres villes françaises, les piétons traversent quand le feu est vert. À Paris, c’est une toute autre loi qui s’applique, la loi du : « Je passe et j’emmerde les autres. » Au début on se fait quelques frayeurs mais après c’est marrant de se faire insulter par les automobilistes.

 

Conseil n°8 : Faire un tour à Pigalle

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Chanty (@chanty1973)

On a tous entendu parler de ce quartier dans des films mythiques, mais ce n’est pas Papa et Maman qui nous y ont emmené le soir quand on avait 8 ans lors d’un séjour touristique. C’est pourquoi il est temps d’inaugurer l’endroit durant une soirée bien arrosée. Les filles, ne soyez pas choquées si quelques gentils mecs bizarres vous lancent des « eh mademoiselle, tu suces ? ». Les garçons, c’est l’occas’ de pécho en jouant le protecteur.

 

Conseil n°9 : Prendre l’air à la Mosquée de Paris 

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par E s t h e r (@esther_brs)

La Mosquée de Paris possède un petit jardin dépaysant où il fait bon prendre un thé en écoutant le gazouillement des oiseaux. Des cornes de gazelles délicieuses et autres pâtisseries sont vendues à l’entrée pour les déguster au milieu d’arbres à la forme étrange. Une petite pause hors du temps qui fait du bien aux nerfs.

 

 

Conseil n°10 : Se balader à Montmartre 

Montmartre, de l’amour, du romantisme, des touristes, des couples, des couples, des couples, encore des couples ?? Eh oui, c’est le quartier des amoureux. Mais c’est ce qui fait son charme, tout comme les escaliers interminables d’Abbesses. Au début on comprend pas pourquoi des gens prennent l’ascenseur, la flemme est un fléau qui touche particulièrement les Parisiens ! On les comprend une fois qu’on a monté les 200 premières marches.

 

Conseil n°11 : Être bien entouré 

Pour finir, un chose essentielle : être à Paris tout seul n’a pas de grand intérêt. En effet, sortir, traverser les passages piétons, danser, se balader faire du poney, toutes ces activités sont à faire entre potes. Alors rencontrez les bonnes personnes, profitez, amusez-vous et surtout revenez.

 

Bien entendu, vous pouvez suivre le Routard et ses plans touristiques mais je vous ai proposé ici le récit d’une expérience personnelle qui touche malheureusement à sa fin. Sur ce, je remercie la fabuleuse équipe dans laquelle j’ai évoluée, et oui, ce n’est pas une légende, les bonbons sont bien des sucreries délicieuses. Il est donc temps pour moi de retourner dans ma province. À très bientôt !

© Charlotte Gerbelot 

Fin des articles