Pourquoi notre manière de cuire le riz nous empoisonne

© pidjoe

Le riz est l’accompagnement par excellence. Poissons, viandes blanches, en risotto, pilaf ou pour les plats en sauce… cette céréale venue d’asie est un basic présent dans tous les placards de cuisine. Pourtant il contient un poison très dangereux pour la santé, et notre manière de le cuire peut jouer en notre défaveur.

L’arsenic est un poison connu qui peut intoxiquer le riz cultivé dans de l’eau polluée. Les conséquences les plus dramatiques ont été observées au Bengladesh, où les populations sont particulièrement exposées au poison. Mal cuit, le riz peut libérer cette substance, causant des problèmes de cœur, de diabète ou des cancers. Le professeur Andy Meharg a testé trois manière de cuire le riz pour l’émission de la BBC Trust me, I am a doctor ("Faites moi confiance, je suis médecin").

Notre manière de cuire le riz nous empoisonne

Méthode 1, la plus répandue : cuire avec 2/3 d’eau et 1/3 de riz. 
Résultat : une grande quantité d’arsenic a été décelée.

Méthode 2 : 1 part de riz pour 5 parts d’eau.
Résultat : l’arsenic a diminué de moitié.

Méthode 3 : laisser le riz tremper dans l’eau toute la nuit, le laver jusqu’à ce que l’eau soit bien claire et ensuite le cuire avec 5 parts d’eau.
Résultat : c’est la meilleure manière de procéder puisque l’arsenic a été réduit de 80%.


La dose est-elle assez élevée pour nous faire du mal ?
 Le Pr. Andy Meharg, qui étudie l’arsenic depuis des années, a déclaré que « le seul équivalent pourrait être la cigarette. Si vous fumez 1 à 2 cigarettes par jour, les risques sont beaucoup moins élevés que si vous fumez 30 à 40 cigarettes par jour. C’est pareil, plus vous mangez, plus vous êtes à risque ».

Il se dit surtout concerné par les personnes qui consomment beaucoup de riz, et les jeunes enfants. « Nous savons que des niveaux bas d’arsenic peuvent impacter le développement du système immunitaire, mais aussi le développement intellectuel. » 

Conclusion : ajoutez le plus d'eau possible dans la casserole de riz, et si vous êtes patient, laissez-le tremper toute la nuit.