Boomforest, des forêts en open source pour le Grand Paris

Bien habitués que nous sommes aux tristes rangées de platanes entourées de béton, nous en oublions parfois que la biodiversité ne grandit jamais en solo. Ce mois-ci, le Bonbon a rencontré Damien Saraceni et Enrico Fusto, coprésidents de l’association Boomforest, qui replante des forêts naturelles dans les villes.

« On avait cette envie de récupérer les terrains en friche, les terrains délaissés de nos quartiers pour y réinstaller la biodiversité », se souvient Enrico Fusto lorsqu’il repense à la création de l’association en 2016. Cette année-là, le projet était lauréat du Budget Participatif de Paris et plantait la première forêt Miyawaki dans un talus du boulevard périphérique de la porte de Montreuil. Trois ans plus tard, l’association réitérait sa démarche avec une plantation Miyawaki à la Porte des Lilas en novembre dernier.

Vous vous demandez probablement ce que signifie Miyawaki : du nom du botaniste japonais Akira Miyawaki, cette méthode fait grandir des forêts naturelles et autonomes dans toutes sortes de lieux et d’environnements, qu’il s’agisse de quartiers résidentiels, de ronds-points, d’usines ou de cours d’école, de bords de fleuves ou de côtes maritimes.

« La caractéristique fondamentale de la méthode Miyawaki, c’est l’identification des espèces natives, le tri et la plantation de façon aléatoire, détaille Damien Saraceni. Il faut mélanger les espèces. Comme elles sont très denses, les racines sous terre vont se nourrir des couches différentes du terrain, ce qui leur permettra de toujours trouver des nutriments et communiquer entre elles et de se soigner. Ce réseau est une forme de compétition vertueuse. » Une méthode que les bénévoles de Boomforest popularisent au cours d’ateliers pédagogiques ou de collaborations avec d’autres assos.

La prochaine en date ? La participation au projet de l’association de jardins partagés des Hauts de Malesherbes (17e) pour étoffer l’espace d’une section boisée, garantissant ainsi la biodiversité du jardin pour nourrir les abeilles des ruches installées. On ne sait pas pour vous, mais ça nous donne furieusement envie de mettre les mains dans la terre. Pour ce faire, rendez-vous au prochain événement de l’asso !

www.boomforest.org

Fin des articles