Street art, beer pong, tatouage et hip-hop... on a testé le bar le plus street de Paname

© Fat Bar

Niché dans une ruelle cachée à deux pas de la rue de Bretagne, un bar insolite fait désormais partie des pépites du quartier. Des graffeurs, tatoueurs, barbier, DJ's ou encore rappeurs, débarquent tous les mois au Fat et font souffler un vent hip-hop sur le NoMa.


C'est en se perdant dans les petites rues du quartier des Enfants-Rouges que nous découvrons ce nouveau lieu de vie street art à l'athmosphère underground. À peine le pas de la porte passée, le Fat nous plonge dans une ambiance artistique et colorée. Des graffs ? Les murs en sont tapissés ! Pas étonnant lorsqu'on sait qu'une cinquantaine d'artistes y ont déjà performé. 

À droite de l'entrée, une expo éphémère se mêle à une vente de fringues vintages ; « Les artistes qui exposent ici, on ne leur demande rien, à part peut-être un souvenir », nous confient Kevin, Terence et Willy, les trois potos qui ont monté le bar. Au sous-sol, on assiste au live de deux rappeuses londoniennes en sirotant un Miss Guerra (cocktail à base de vodka, purée de framboise, passion, cranberry et citron vert) et en grignotant une portion de fish and chips croustillant, entouré de graffs fluorescents. 

La soirée vient de commencer et on n'a aucune envie de s'arrêter. On vous conseille un passage obligé par la salle dédiée au beer pong, que vous allez avoir du mal à quitter (les toilettes aussi d'ailleurs, vous verrez) !

Le programme de la semaine ? « Mardi, Kyan Khojandi viendra investir notre scène de stand-up et mercredi on accueillera une battle de beatbox. Le restant de la semaine sera ponctué, entre autres, d'une performance de live painting et de la présence d'un tatoueur mexicain. » Alléchant et suprenant.

Les trois graçons ont donc réussi leur pari d'ouvrir un lieu de vie réunissant street-art et bon son, faisant du Fat le nouveau QG des amateurs de culture urbaine


Le Fat Bar

8, rue de Beauce – 3e
Mardi et mercredi de 18h à minuit
Et du jeudi au samedi de 18h à 2h

Fin des articles