Tarek, le tatoueur de motos

Tarek Jaafar est un personnage mythique du quartier. Débarqué de Beyrouth en l’an 2000, il partage sa vie entre Montmartre, où il vit, et la rue du Faubourg-Montmartre, où sa boutique Lafayette 2 roues s’est transformée en atelier de création de sa marque, Arzée Créations.

Impossible de passer devant le 54, rue du Faubourg-Montmartre sans s’arrêter devant la boutique singulière qui s’y trouve. Murs noirs, néons colorés, motos en vitrine et musique forte font se retourner les badauds qui passent au niveau d'Arzée Créations. Ce touche-à-tout d’origine libanaise a ouvert sa boutique de réparation de motos en 2004, mais depuis une dizaine d’années, il s’en sert comme d’une véritable galerie vivante.



Scénographe, graveur sur métal ou sur bois, artiste et même musicien, Tarek est un rebelle qui détourne tous les codes. Celui qui a descendu les escaliers du Sacré-Cœur en moto et qui avoue lui-même dormir très peu passe ses journées à réparer les motos qui lui sont confiées et à jouer de la musique classique. Mais la nuit, il soude, il grave, il construit, il assemble, il peint et crée les scénographies de concerts à l’Olympia, à la Cigale, au Bataclan.



« C’est difficile de quitter Montmartre », avoue Tarek. Voilà deux décennies qu’il n’a pas quitté le quartier, et les habitants le connaissent tous, tant il n’est pas rare de le voir rider dans les rues du 9e, traînant un sapin sur sa moto pour le transformer en feu de bois pour sa cheminée. Ses meilleurs souvenirs ici ? Les vendanges de Montmartre, bien sûr, suivies de près par les soirées qui accompagnent chaque année la Fête de la musique. Un scénario similaire dans les deux cas, avec des fêtes qui réunissent notre quartier et qui créent du contact humain.



Dans la galerie Arzée, on s’assoit sur un bidon d’essence en guise de tabouret, lové entre un masque de fer chevelu qui roule de gros yeux et un squelette d’acier et de métal suspendu dans les airs. On est reçu avec un thé et on observe les installations qui seront plus tard utilisées par JoeyStarr, Seth Gueko ou Superbus lors de concerts, de pièces de théâtre ou de représentations. Celui qui ne refuse jamais une nouvelle commande s’adapte à l’univers de chaque artiste et ses créations sont uniques, avec toujours une même patte, celle du graveur poétique.



www.arzee.fr

Fin des articles