La Table du Récho, le restaurant solidaire qui réchauffe les cœurs

© Shutterstock - Rawpixel

Refuge, chaleur et optimisme, voilà les maîtres-mots de Récho, association fondée par Vanessa Krycève en 2016, qui a pour vocation de tisser du lien entre les populations locales et les réfugiés, à travers la cuisine.


Convaincue que c’est par le biais de la rencontre que l’on peut faire tomber certains a priori – pour peu qu’on la dédramatise et qu’on la conditionne dans la joie, l’asso a récemment ouvert les portes de La Table du Récho en plein 16e. Un restaurant solidaire logé dans l’enceinte des Cinq Toits, centre d’hébergement d’urgence installé dans une ancienne caserne de gendarmerie et chapeauté par l’asso Aurore.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par La Table du RECHO (@latabledurecho) le

Depuis sa création, Le Récho a parcouru du chemin. Aidé par une campagne de financement participatif et porté par une dizaine de membres féminins, il prend d’abord la forme d’un projet itinérant à bord d’un food truck qui sillonne plusieurs villes de France et à l’étranger, puis développe une offre de traiteur solidaire, avant d’éprouver un tout nouveau concept à Arras. Épaulées par des grands chefs qui prennent part au projet, Vanessa et sa team montent Le Grand Récho, un restaurant éphémère solidaire où réfugiés, demandeurs d’asile et locaux cuisinent ensemble et y proposent des repas à prix libre.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par La Table du RECHO (@latabledurecho) le

Forte de ce succès, l’association s’installe à Paris pour y ouvrir La Table du Récho en juin dernier, un lieu qui mêle à la fois pédagogie et nutrition, puisque huit résidents en insertion sont formés par la cheffe Valentine et employés en cuisine. Et parce qu’elles sont persuadées qu’on peut « restaurer le monde en restaurant les Hommes » et que social et écologie sont intrinsèquement liés, les membres de l’asso travaillent sur un éco-système bio, local et responsable, des valeurs qu’elles entendent bien inculquer aux restaurateurs de demain. Saisonnalité, utilisation du plastique, gestion et revalorisation des déchets, La Table du Récho est pensée « comme un laboratoire où l’on se remet en question en permanence pour pouvoir en faire un cas d’école et transmettre à la profession les conclusions qu’on en tire », précise la fondatrice.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par La Table du RECHO (@latabledurecho) le

Résultat, on a affaire à une cuisine du marché fraîche, vivante et gourmande, qui change tous les jours. 2 entrées, 2 plats, 2 desserts, les assiettes sont ici hyper colorées, très généreuses mais surtout riches de plusieurs cultures. « Une cuisine fusion », comme la nomme Vanessa, que l’on peut également découvrir au cours des ateliers collaboratifs proposés tous les samedis matins. Pour l’occasion, résidents et riverains sont mobilisés autour de tables mixtes et nous concoctent un buffet vendu à prix libre. Toujours dans cette volonté de faire de la cuisine un vecteur de convivialité et de partage, le Récho met également en place des portages de repas à domicile aux séniors isolés du quartier par les réfugiés et bénévoles, des moments privilégiés qui rendent possible la rencontre de publics qui n’ont pas l’habitude de cohabiter. Et c’est là qu’on mesure toute la magie de la cuisine…

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par La Table du RECHO (@latabledurecho) le

La Table du Récho
51, boulevard Exelmans – 16e
Plus d'infos

Fin des articles