When They See Us : la bouleversante mini-série Netflix sur l'injustice raciale

© netflix

La réalisatrice Ava DuVernay s’allie à Netflix pour retracer en 4 épisodes d’une heure et demie chacun la terrible histoire de quatre adolescents afro-américains et d'un hispanique accusés de viol, puis condamnés à tort.


Nous sommes à New York en 1989. Une femme blanche est violée le 19 avril, alors qu’elle faisait son jogging à Central Park. Cette agression la plonge dans un coma de douze jours. Dans le besoin impérieux de résoudre ce crime, la police locale, une procureuse et plusieurs détectives contraignent un groupe d’adolescents à avouer.

Kevin Richardson, Ysef Salaam, Raymond Santana, Korey Wise, et Anton McCrey sont accusés au premier regard. Un est latino, les quatre autres sont afro-américains. Le seul tort des cinq adolescents de Harlem dans cette affaire aura été ne pas être blancs.

 

Malgré l’insuffisance de preuves, ils sont emprisonnés en 1990 (douze ans) pour un crime qu’ils n’ont pas commis. Leur calvaire s’écourte, lorsque Matias Reyes, seul et unique coupable, se rend en 2002.


Une série qui dénonce

Ava DuVernay relève le défi de narrer l’intégralité de l’affaire du « Central Park Five », en tout juste quatre épisodes d’1h30. Les acteurs sont bouleversants dans leurs rôles, et nous déchirent le cœur à chaque larme versée, ou accusation non fondée. La cinéaste dénonce le racisme omniprésent des années 80/90 aux États-Unis. Ce qui est notamment illustré par le rôle de la presse, qui n’a cessé de mettre de l’huile sur le feu durant l’affaire. Une série qui dénonce une certaine époque, ainsi que les limites de son système judiciaire. When They See Us est une série éprouvante, mais primordiale, en écho aux bavures policières et aux actes de haine raciale qu'a pu connaître le continent américain ces derniers mois.

When They See Us, disponible sur Netflix – par Ana DuVernay

Fin des articles