Diggr, la plateforme qui va occuper toutes tes nuits

© Florencia Viadana

Avis aux amateurs d’heures perdues dans les record shops de Paname à la recherche de LA perle rare : bonne chance. On pensera fortement à vous depuis notre canapé, à digger sur les internets grâce à cette plateforme récente toujours plus novatrice.

 

Diggr, c’est un nom on ne peut plus équivoque. Nom que la plateforme porte bien, puisqu’elle vous invite véritablement à venir fouiller dans ses bacs à vinyles virtuels, truffés de merveilles, récentes ou anciennes. À vous de faire votre petite sélection et mettre de côté vos morceaux préférés.

Le gros avantage de Diggr, ce n’est pas juste son côté pratique d'utilisation. L’équipe de jeunes professionnels aux commandes du site a imaginé toute une suite d’algorithmes afin que notre digging se fasse de manière intelligente et spontanée. Outre les labels, artistes et genres qui vous intéressent, Diggr analyse les morceaux que vous retenez dans vos playlists et les compare à sa grosse banque de données. Votre truc, c’est les kicks 909 ? Les nappes mélodieuses façon leftfield ? L’intelligence artificielle de la plateforme vérifie les redondances dans nos goûts et préférences et nous suggère des morceaux en (parfait) accord avec ce que l’on a déjà mis de côté.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Jake Leckie (@jkleckie) le

Au-delà de la performance purement technologique et logistique du site, il se veut de plus en plus une référence de la musique électronique, que ce soit dans son écoute ou sa célébration. D’un côté, de nombreuses chaînes YouTube dédiées à cet univers collaborent avec Diggr afin que le site ait un catalogue toujours plus conséquent. De l’autre, le site intègre une section "agenda", où évènements Facebook sont complétés par la musique des artistes du line-up. Écouter ce qui nous attend le soir-même n’aura jamais été aussi simple !

Si vous n’êtes pas DJ, ce n’est pas un problème. Diggr est à la portée de tout le monde, car la curiosité n’est jamais un vilain défaut en musique. Qui n’a jamais passé quelques heures sur YouTube pour finir sur des vidéos sombres à 300 vues ? Le principe est le même. Et on n’est jamais à l’abri d’une (très) bonne surprise !


Plus d'infos sur le site de Diggr

Fin des articles