Pourquoi le livre de Sanäa K est génial ?

Qu’est-ce que tu fais quand Le silence des étoiles, le livre de Sanäa K, se matérialise dans ta boîte aux lettres ou est exposé dans les bonnes librairies ? Tu te jettes dessus.

Qui est donc Sanäa K ? Pour ceux qui la suivent, elle est un peu celle que l’on considère comme une bonne copine. Collectant les vignettes de sa vie par le biais de son blog ou de son compte Instagram, elle entretient une relation de proximité rare avec sa communauté. On aurait presque l’impression de la connaître… Et pourtant.

Outre ses dessins, ne serait-ce que les véritables traits de son visage restent inconnus. Et c’est en ce point que réside toute la prouesse qu’elle effectue depuis 2009 (date de création de sanaak.com) : elle parvient à se dévoiler par l’unique pouvoir de sa talentueuse plume.

Alors, quand après une certaine absence elle nous revient avec Le silence des étoiles, on saisit cette précieuse occasion de consolider ce lien singulier avec cette artiste qui l’est tout autant.

Pour les personnes qui ne sont pas familières avec l’univers de Sanäa et qui n’auraient pas le réflexe de se ruer sur son livre, on vous donne quatre bonnes raisons de le faire.


Parce que les illustrations sont cool

Au fil des pages du Silence des étoiles, les Parisien.nne.s reconnaîtront des lieux phares de la capitale. Sanäa se balade avenue Montaigne, dans le quartier de Bnf, ou rue Sainte-Anne. On prend plaisir à prêter l’œil à ses tenues ainsi qu’à celles de ses proches, en raison de son souci du détail et de son goût évident pour la mode.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Sanäa K. (@sanaakblog) le

Vous serez toujours gagnants en vous penchant sur les pépites minutieuses qui donnent de la force à son travail. Qu’il s’agisse des livres qui traînent dans son appartement, une boutique devant laquelle elle passe, un sac de créateur accroché à un portant… Rien n’est laissé au hasard.


Parce qu’on se reconnaît à travers elle

Sans en dévoiler trop sur l’intrigue de ce premier ouvrage, on peut révéler que les aléas du cœur sont au centre de la trame. Et ce type de maux nous est forcément familier en tant que femme, ou homme d'ailleurs. Les unes ou les autres pourront se reconnaître en Sanäa non seulement via ce créneau, mais même au-delà.

critique-le-silence-des-etoiles-sanaa-k-roman-graphique

Oui, il n’est pas uniquement question d’amour, mais aussi d’ambition. Ces ambitions que l’on nourrit quand l’on veut prouver au monde ce que l’on sait faire, mais que les portes ne nous sont pas forcément grandes ouvertes ; ou qu’on a du mal à les défoncer soi-même.

Sanäa veut vivre de ses dessins, mais la chose n’est pas aisée et son parcours nous rappelle que pouvoir vivre son rêve est une bataille à mener.

En outre, on se retrouve également dans son rapport avec ses amis. Loin d’être des personnages décoratifs, ils sont à la fois conseillers, confidents et leurs personnalités diverses les singularisent avec justesse.


Parce que les pages défilent trop vite

Concrètement, on se met à lire le bouquin… puis on le finit. Il n’est pas nécessairement question de rebondissements inattendus ou d’une fin à la Inception. Ce n’est pas l’objectif.

Non, il s’agit de suivre le parcours de cette femme de qui on se sent proche et en qui on se reconnaît. Si vous la suiviez au préalable, vos doigts seront d’emblée habitués à une certaine cadence, pressé.e que vous serez de découvrir ces pages dans lesquelles elle se révèle davantage.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Sanäa K. (@sanaakblog) le

Par contre, si vous n’étiez pas déjà un.e aficionados, vous n’aurez aucun mal à vous plonger dans la narration de ce morceau de vie au sein duquel il y a pas mal à puiser. De nombreux bons ingrédients y sont rassemblés : humour, tendresse, peine, détermination, entraide… De quoi donner lieu à une lecture fluide, rapide, qui se consomme aisément d’une traite.


Parce qu’on en veut plus

Naturellement, au terme de 250 excellentes pages, on est d’ores et déjà impatient d’en lire davantage. Le premier réflexe est de revenir sur ses pas et de prendre plus de temps pour vraiment apprécier les dessins. Puis, à terme, on se remet à prier pour que le prochain arrive au plus vite.


Le silence des étoiles, de Sanäa K

Éd. Marabout
Prix : 19,95 €
Plus d’infos

Fin des articles